Challenges of a Multiethnic Territory. Conservation, Development And Politics in the Mountains of North Kerala, India / Jose Javier Egas ; sous la direction de Loraine Kennedy et de Blandine Ripert

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : anglais / English

Groupes sociaux -- Kerala (Inde)

Ethnicité -- Kerala (Inde)

Géographie de la population -- Histoire -- Kerala (Inde)

Tribus -- Inde

Propriété foncière -- Kerala (Inde)

Politique forestière -- Kerala (Inde)

Kennedy, Loraine (1962-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Ripert, Blandine (1970-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Gaudillière, Jean-Paul (1957-.... ; historien) (Président du jury de soutenance / praeses)

Menon, Ajit (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Rousseleau, Raphaël (1973-) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Benabou, Sarah (1981-....) (Membre du jury / opponent)

Boidin-Caravias, Capucine (1974-....) (Membre du jury / opponent)

École des hautes études en sciences sociales (Paris ; 1975-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre d'études de l'Inde et de l'Asie du Sud (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Cette thèse explore les relations entre les groupes sociaux différentiellement définis en fonction de leur ethnicité et l'État à Wayanad, un district montagneux des Ghâts occidentaux, dans le nord du Kerala, en Inde. En se concentrant sur les communautés Adivasi, le terme utilisé pour les peuples indigènes en Inde, l'analyse se penche sur les dynamiques de peuplement et les clivages sociaux à l'époque précoloniale, coloniale et postcoloniale. Dans un premier temps, la thèse propose une rétrospective historiographique montrant les modèles d'administration politique qui ont régi ce territoire durant les phases précoloniale et coloniale. Dans un deuxième temps, la thèse analyse les conditions des communautés Adivasi vis-à-vis des autres populations et les formes de gouvernance depuis l'émergence de l'État postcolonial. Les systèmes fonciers du Kerala ont bénéficié des processus de redistribution par le biais de réformes étatiques, qui ont démocratisé l'accès des paysans sans terre. Cependant, les communautés Adivasi ont été exclues de ces processus de redistribution et ont été exposées à des processus d'aliénation des terres de la part de différents acteurs. L'État n'a pas été en mesure de fournir des alternatives pour garantir l'accès à cette ressource. De plus, l'accès aux zones forestières a été restreint en raison de l'application d'une gouvernance environnementale rigide qui rejette toute activité anthropique dans ces zones. Considérant que les Adivasis dépendent des forêts pour leur survie, leur participation à la gestion des forêts, à l'utilisation des ressources et au partage des bénéfices a été marginale. Bien que l'État ait mis en place un programme de développement tribal pour assurer le bien-être des communautés Adivasis et améliorer leurs conditions de vie, les programmes inclus dans ce programme ont généralement répondu aux demandes institutionnelles de l'État plutôt qu'aux besoins des communautés elles-mêmes. Divers processus d'intermédiation entre les communautés et l'État ont été mis en place pour exécuter l'agenda de développement tribal, dans ces processus, les Adivasis eux-mêmes ont été des acteurs de cette intermédiation, ayant des niveaux limités de discrétion pour décider des orientations de l'agenda. Face à la situation de marginalisation à laquelle les communautés Adivasi sont exposées, elles ont exercé des réponses politiques différentes, parmi lesquelles se distinguent la politique de contestation et la politique parlementaire. Différents résultats ont émergé de ces incursions. À travers une analyse critique de tous ces éléments, la thèse cherche à éclairer la position des communautés Adivasi dans l'Inde contemporaine.

Résumé / Abstract : This thesis explores the relationships between social groups differentially defined according to their ethnicity and the state in Wayanad, a hilly district of the Western Ghats in northern Kerala, India. Focusing on Adivasi communities, the term used for indigenous peoples in India, the analysis looks at settlement dynamics and social cleavages in pre-colonial, colonial and post-colonial times. In a first stage, the thesis provides an historiographic retrospective showing the models of political administration that governed this territory during the pre-colonial and colonial phases. In a second stage, the thesis analyzes the conditions of the Adivasi communities vis-à-vis other populations and the forms of governance since the emergence of the postcolonial state. Land tenure systems in Kerala have benefited from redistribution processes through state reforms, which have democratized access for landless peasants. However, adivasi communities have been excluded from these redistributive processes and have been exposed to processes of land alienation by different actors. The state has been unable to provide alternatives to guarantee access to this resource. Moreover, access to forest areas has been restricted due to the application of rigid environmental governance that rejects any anthropogenic activity in these areas. Considering that the Adivasis depend on forests for their survival, their participation in forest management, resource use and benefit sharing has been marginal. While the state has put in place a tribal development agenda to provide for the welfare of the Adivasis communities and improve their living conditions, the programs included in this agenda have generally responded to the institutional demands of the state rather than the needs of the communities themselves. Various processes of intermediation between the communities and the state have been established to carry out the tribal development agenda, in these processes the Adivasis themselves have been actors in this intermediation having limited levels of discretion to decide on the direction of the agenda. Faced with the situation of marginalization to which the Adivasi communities are exposed, they have exercised political responses of different kinds, among which contest politics and parliamentary politics stand out. Different results have emerged from these forays into politics, sometimes achieving positive attention to their demands and other times their performance being unsuccessful. Through a critical analysis of all these elements, the thesis seeks to shed light on the position of Adivasi communities in contemporary India.