Intégration et dynamiques territoriales dans le Nord-Est du Cambodge : le cas des transformations socio-spatiales dans les villages tampuan de Ratanakiri / Téphanie Sieng ; sous la direction de Manuelle Franck et de Michel Rethy Antelme

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Aménagement du territoire -- Cambodge -- Région du nord-est du Cambodge

Conditions sociales -- Cambodge -- Région du nord-est du Cambodge

Région du nord-est du Cambodge -- Conditions rurales

Franck, Manuelle (1960-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Rethy Antelme, Michel (19..-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Bouté, Vanina (1974-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Durand, Frédéric (1961-.... ; géographe) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Institut national des langues et civilisations orientales (Paris ; 1971-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Langues, littératures et sociétés du monde (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques (Paris ; 2014-....) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Relation : Intégration et dynamiques territoriales dans le Nord-Est du Cambodge : le cas des transformations socio-spatiales dans les villages tampuan de Ratanakiri / Téphanie Sieng ; sous la direction de Manuelle Franck et de Michel Rethy Antelme / , 2023

Résumé / Abstract : Cette thèse analyse les transformations socio-spatiales du Nord-Est cambodgien, prenant pour cas la province de Ratanakiri et l’adaptation des Tampuan, qui y est l’une des principales ethnies. Ratanakiri, aux frontières du Laos et du Viêtnam, est un espace soumis à d’importantes transformations paysagères, économiques, politiques, sociales et culturelles, de l’époque coloniale française (1863-1953) à nos jours. Marquée par l’histoire contemporaine du pays (mouvement de l’indépendance dans les années 1950, régime khmer rouge au milieu des années 1970, etc.), Ratanakiri est le témoin privilégié des différentes étapes du processus d’intégration des territoires périphériques montagnards ou de « marges » au sein d’un ensemble national et régional. Longtemps surtout peuplée par des communautés aux cultures éloignées des Khmers – l’ethnie majoritaire du royaume –, ces sociétés des hautes terres ont dû s’adapter face aux migrants venant de la plaine centrale et à l’installation d’activités et d’organisations étrangères. Ces transformations, touchant toutes les couches sociales, ont des conséquences sur la relation habitants-territoire : conflits de différentes natures entre les différents acteurs impliqués dans la mutation de Ratanakiri et les villageois, ainsi qu’entre villageois ; espaces qui semblent s’uniformiser ; urbanisation qui s’accroît ; questions d’identité devenant des enjeux majeurs ; inégalités sociales et spatiales qui s’accroissent. Alors que ce territoire poursuit sa mutation, son étude permet d’appréhender les principaux aspects du développement des espaces ruraux cambodgiens, qui s’inscrivent dans des dynamiques de recompositions des espaces sud-est asiatiques.

Résumé / Abstract : This doctoral dissertation analyzes the socio-spatial transformations of Northeast Cambodia, taking as a case study the province of Ratanakiri and the adaptation of the Tampuan, one of its main ethnic groups. Ratanakiri, bordering Laos and Vietnam, is an area that has undergone significant landscape, economic, political, social and cultural transformations from the French colonial era (1863–1953) to the present day. Marked by the country’s contemporary history (independence movement in the 1950s, Khmer Rouge regime in the mid-1970s, etc.), Ratanakiri is a privileged witness to the different stages of the process of integration of the peripheral mountain territories or “margins” within a national and regional whole. These highland societies long populated mainly by communities with cultures different from the Khmers—the majority ethnic group in the kingdom—had to adapt to the migrants coming from the central plain and to the arrival of foreign activities and organizations. These transformations, affecting all social strata, have consequences on the relationship between inhabitants and territory: conflicts of various kinds emerge between the different actors involved in the mutation of Ratanakiri; spaces seem to become more uniform; urbanization takes place; questions of identity become major issues; social and spatial inequalities increase. As a territory still in the process of change, the study of this region allows for a better understanding of the major aspects of the development of Cambodian rural areas, which are part of the reconfiguration of Southeast Asian spaces.