Les opérations de maintien de la paix des Nations unies en République Démocratique du Congo : de la MONUC à la MONUSCO, un champ expérimentation du maintien de la paix ? / Tristan Etumba Longila Boyengo ; sous la direction de Anne-Sophie Millet-Devalle

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Nations Unies -- Forces armées

Mission de l'Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo -- 1999-2010

Maintien de la paix -- Congo (République démocratique)

Politique et gouvernement -- Congo (République démocratique)

Millet-Devalle, Anne-Sophie (1964-.... ; juriste) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Aben, Jacques (Président du jury de soutenance / praeses)

Lepoutre, Jules (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Mavungu Mvumbi, Jean-Pierre (Membre du jury / opponent)

Université Côte d’Azur (2020-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Droit et sciences politiques, économiques et de gestion (Nice, Alpes-Maritimes ; 2008-....) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Laboratoire de droit international et européen (Nice) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Les présences de forces de maintien de la paix des Nations unies (NU) sur le territoire de la République démocratique du Congo (RDC), de 1960 à 1964, puis de 1999 à nos jours, témoignent des crises politiques et sécuritaires qui secouent ce pays ainsi que des atrocités qui y sévissent avec un bilan humain et humanitaire marqué notamment par la mort de plus de cinq millions de Congolais et parmi les pires crimes commis contre l'humanité depuis la fin de la Seconde Guerre mondialeDe 1960 à 2020, comment les opérations de maintien de la paix (OMP) ont-elles évolué au regard des résultats sur le terrain ? Comment les interventions et actions des NU en RDC ont-elles conduit la communauté internationale à envisager une transformation doctrinale et opérationnelle de ces interventions extérieures ?Le cas atypique des interventions et de la présence onusiennes en RDC a contraint les NU à de nombreuses révisions de ses doctrines d'intervention et de maintien de la paix permises par l'article 39 de sa charte.Ayant connu presque tous les types d'intervention, la RDC peut être considérée comme le meilleur cas de compréhension des OMP des NU, de leurs fondements, de leur évolution et de leur devenir par une nécessaire transformation.L'utilisation d'une méthodologie transversale croisant les méthodes historique, juridique et sociologique conduit à l'appréhension et la compréhension complexes des OMP et fonde l'envisagement d'une modélisation et d'une nouvelle approche doctrinale.L'étude des OMP en RDC contribue à la compréhension tant de l'évolution de ces doctrines et des mécanismes particuliers mis en place, qu'à considérer la RDC comme un véritable champ d'expérimentation opérationnel de la dilatation du maintien de la paix et des interventions de la communauté internationale au moyen de ses Casques bleus.Mais surtout il autorise à considérer cette expérimentation congolaise comme le point d'appui à une modélisation des opérations de consolidation de la paix intégrant des pratiques d'actions socio-humanitaires consolidant la paix et la stabilité.L'étude de ces OMP avec de conséquents moyens déployés en RDC par les Nations unies -jusqu'à près de 20 000 Casques bleus et fonctionnaires stationnés et plus de quinze milliards de dollars américains dépensés- montrent, au regard des résultats sur le terrain, la limite de la politique des moyens.L'étude des OMP en RDC conduit, en s'interrogeant sur l'efficacité de ces interventions au regard de la persistance de conflits meurtriers et non encore résolus par la communauté internationale, à revisiter les formes d'intervention, mais aussi et donc, à entamer une nouvelle doctrine des OMP, « les OMP de quatrième génération ».Tel est l'un des objectifs de cette thèse outre celui de la construction d'une mémoire congolaise sur les opérations de maintien de la paix en RDC.

Résumé / Abstract : The presence of the United Nations (UN) peacekeeping forces on the territory of the Democratic Republic of the Congo (DRC), from 1960 to 1964, and then later from 1999 to date, witnesses not onlythe political and security crises that shake the country but also the atrocities raging in it. As a consequence, there has beensuch a human and humanitarian toll that particularly caused the death of more than five million Congolese people and the worst crimes ever committed against humanity since the end of the Second World War.From 1960 to 2020, how have peacekeeping operations (PKOs) improved in relation to outcomes on the field? How did the interventions and actions of the UN in the DRC get the international community to envisage a doctrinal and operational transformation of such external interventions?The atypical case of UN interventions and presence in the DRC has forced the UN to many reviews of its intervention and peacekeeping doctrines as supported by article 39 of its charter.Having known almost all types of intervention, the DRC can be considered as the best case of testing groundof UN PKOs - their foundations, evolution and future through a necessary transformation.The use of a transversal methodology involving historical, legal and sociological methods leads to the apprehension and complex understanding of PKOs and is the basis for considering a modeling and a new doctrinal approach.The study of these PKOs with the substantial resources deployed in the DRC by the United Nations - up to nearly 20,000 peacekeepers and officials stationed and more than fifteen billion US dollars spent - shows, in view of the results on the field, the limits of the means policy.The study of PKOs in the DRC leads, by questioning the effectiveness of these interventions in view of the persistence of deadly and still unresolved conflictsby the international community, to revisit the forms of intervention, to initiate a new doctrine of PKOs, “the fourth generation PKOs”.This is one of the objectives of this thesis besides that of building a Congolese memory on peacekeeping operations in the DRC.