Indice de masse corporelle et risque de récidive chez les patients atteints d'un mélanome de stade III après curage ganglionnaire / Camille Barthel ; sous la direction de Brigitte Dréno

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Indice de masse corporelle

Mélanome

Récidive (médecine)

Survie (médecine)

Tumeurs -- Classification

Dréno, Brigitte (1953-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Nantes Université (2022-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Nantes Université. Pôle Santé. UFR Médecine et Techniques Médicales (Nantes) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Indice de masse corporelle et risque de récidive chez les patients atteints d'un mélanome de stade III après curage ganglionnaire / Camille Barthel ; sous la direction de Brigitte Dréno / , 2022

Résumé / Abstract : L'obésité est un facteur de risque de nombreux cancers tels que l'adénocarcinome du pancréas, du colon ou du sein. L'impact de l'IMC dans les récidives des patients atteints d'un mélanome au stade III n'a pas encore été étudié. L'objectif de l'étude était de déterminer si les facteurs pronostiques du mélanome de stade III s'expriment différemment selon le statut IMC des patients et si le statut IMC lui-même est un facteur pronostique de récidive et de survie du mélanome. Nous avons inclus 220 patients dans notre étude. La majorité d'entre eux était des hommes (61.4%). Selon la 8eme classification AJCC, 41.7% des patients étaient en stade IIIB, 56.3% en stade IIIC et 2% en stade IIID. Plus de la moitié des patients ont bénéficié d'un traitement adjuvant (59.1%); il s'agissait d'interféron dans 81.5% des cas, d'une immunothérapie dans 15.4% des cas et d'une thérapie ciblée dans 3.1 % des cas. L'IMC médian était de 25.4 kg/m². Les patients avec un IMC= 25 kg/m², avaient une survie sans récidive plus longue comparés aux patients avec un IMC<25 kg/m² patients (p =0.09). Un IMC =25 kg/m², diminuait le risque de récidive de 64% [0.44-0.94], p=0.025. Aucune association significative n'était retrouvée entre l'IMC et la survie globale. Ainsi nous avons mené la première étude démontrant qu'un IMC élevé était un facteur pronostic indépendant associé à une survie sans récidive prolongée chez les patients atteints d'un mélanome de stade III ganglionnaire. L'obésité devrait être un facteur pronostic à prendre en compte dans la réalisation des études ultérieures concernant les patients de stade III traités en adjuvant par immunothérapie ou thérapie ciblée.