Imaginäre Wappen im deutsch- und französischsprachigen Raum (13.–16. Jahrhundert) / Aaron Jochim ; sous la direction de Pierre Monnet et de Nikolas Jaspert

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : allemand / German

Saint-Empire romain germanique

Histoire des mentalités -- Moyen âge

Héraldique -- Moyen âge

Armoiries -- Moyen âge

Villes médiévales -- Moyen âge

Imaginaire (philosophie)

Europe francophone -- Moyen âge

Pays de langue allemande -- Moyen âge

Monnet, Pierre (1963-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Jaspert, Nikolas (1962-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Schmitz-Esser, Romedio (1978-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Heullant-Donat, Isabelle (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Schulte, Petra (1970-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Hablot, Laurent (1972-....) (Membre du jury / opponent)

École des hautes études en sciences sociales (Paris) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Ruprecht-Karls-Universität (Heidelberg, Allemagne) (Organisme de cotutelle / degree co-grantor)

École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Résumé / Abstract : Les "armoiries imaginaires" sont devenues un champ innovant de recherche grâce, principalement, aux travaux de l'"héraldique nouvelle", une approche elle-même en pleine mutation à la suite du renouvellement engagé par la recherche historique à la faveur d'un changement de paradigme intervenu au sein de l'héraldique traditionnelle au milieu des années 1970. Cette catégorie "armoiries imaginaires" entend désigner, selon la définition établie, des armoiries attribuées par exemple aux héros de romans ou aux personnages bibliques et venus de l'Antiquité. La thèse se propose d'une part de présenter de manière critique l'évolution historiographique consacrée aux armoiries imaginaires, observée notamment au prisme des historiographies française et allemande. D'autre part, le mémoire présente plusieurs études de cas dont l'objectif consiste à tester des hypothèses de recherche et de comprendre des phénomènes de l'héraldique imaginaire replacés dans leur contexte historique. Ce faisant, les analyses proposées veulent mettre en lumière la manière dont les armoiries ont été conçues et de quelles façons les contemporains les ont employées et leur ont attribué un sens. L'approche générale et méthodique de la thèse entend se placer sous le paradigme d'une histoire des savoirs ("Wissensgeschichte") apte à ouvrir l'héraldique à toutes les formes de sources visuelles ou textuelles ayant porté et transporté les armoiries imaginaires. Ce concept permet notamment de s'interroger sur les fondements et les conditions préalables donnant naissance aux connaissances héraldiques, mais aussi sur les éléments constitutifs des armoiries, sur les processus d'échange et les changements qui les ont affectées. Les sources retenues pour les études de cas proviennent des espaces germanophones et francophones entre Moyen Âge tardif et aube des Temps modernes (XIIIe - XVIe siècles). Les divers types de sources analysés rassemblent des armoriaux, des manuscrits enluminés, des peintures sur panneaux, desdrapeaux, des sceaux, des pièces de monnaie et des médailles.

Résumé / Abstract : Imaginary coats of arms as a category and innovative field of research were first established by the studies of "héraldique nouvelle". This new approach of the mid-1970s was guided by the aim to change heraldic scholarship by introducing issues and concepts of contemporary French historiography, especially of the history of mentalities. According to the definition proposed by the "héraldique nouvelle", imaginary coats of arms are heraldic emblems attributed for instance to heroes of literature, to biblical figures or to those of ancient times. On the one hand, this PhD-thesis discusses the historiographic tradition of imaginary coats of arms both in German and French scholarship. On the other hand, it presents several case studies with the purpose to examine and to challenge hypotheses of previous scholarship as well as to analyse the phenomenon of imaginary heraldry within its historical context. In this way, the thesis seeks to shed light on the way imaginary coats of arms originally not only were created and applied, but also were significant for theircontemporaries. The methodological approach is inspired by the history of knowledge which has the advantage to open heraldry to all types of visual and textual sources containing imaginary coats of arms. Furthermore, this research design allows exploring the conditions prone to the production of heraldic knowledge as well the constitutive elements of the coats of arms and the processes of transformation and exchange by which they were affected. The sources used in the case studies come from the German- and French-speaking regions of the late medieval and early modern period (13th – 16th century). They include various types of sources reaching from armorials to illuminatedmanuscripts, panel paintings, flags, seals, coins, and medals.