Négociation des ressources langagières dans les échanges conversationnels népali-anglais - Translingualité et identification en contexte urbain népalophone / Julian Vasseur ; sous la direction de Foued Laroussi

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Népali (langue)

Anglais (langue)

Variation linguistique

Sociolinguistique

Langues mixtes

Identité collective

Idiolecte

Classification Dewey : 401

Classification Dewey : 306.44

Laroussi, Foued (Directeur de thèse / thesis advisor)

Akin, Salih (1968-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Djordjević, Ksenija (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Ledegen, Gudrun (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Bordes, Rémi (1974-....) (Membre du jury / opponent)

Mazaudon, Martine (19..-....) (Membre du jury / opponent)

Normandie Université (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale histoire, mémoire, patrimoine, langage (Mont- Saint- Aignan, Seine-Maritime) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Laboratoire dynamique du langage in situ (Mont Saint Aignan, Seine-Maritime ; 2017-.....) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : La recherche doctorale s’est intéressée aux phénomènes de contact de langues observés à partir du point de vue des locuteurs en contexte urbain, ainsi qu’à l’articulation entre matériau langagier et matériau identitaire. Le cas d’étude proposé est l’enviro nnement urbain népalophone, plus précisément les centres urbains de la vallée de Katmandou au Népal. Le contexte étudié est celui de la société népalaise contemporaine, et en particulier les échanges conversationnels de certaines catégories de locuteurs jugés plus susceptibles d’adopter des pratiques langagières mixtes impliquant l’intégration de ressources communicatives issues d’une connaissance de l’anglais dans les conversations du quotidien en népali, langue officielle du Népal et la plus employée dans les échanges intercommunautaires. À partir d’un corpus d’observables enregistrés in situ en contexte urbain, d’extraits d’émissions médiatiques, ainsi que de questionnaires d’enquête et d’entretiens semi-directifs, nous entreprenons d’analyser les mécanismes de production et de travail du sens discursif dans ces pratiques langagières mixtes pour tenter de mieux appréhender les dynamiques identificatoires complexes qui animent l’espace socio-langagier népalais contemporain. Ces pratiques prennent la forme d’un registre sociolinguistique reposant sur des conventions stylistiques et des stratégies dis cursives particulières, résistant par là à une circonscription notionnelle plus traditionnelle en termes d’alternance de langues ou code switching. L’étude se focalise principalement sur l’analyse du potentiel combinatoire ou maillant des ressources langagières hétérogènes à partir d’une approche interprétative inspirée d’un appareil méthodologique et théorique à la fois éprouvé (sociolinguistique interactionnelle, ethnographie de la communication, linguistique praxématique) et plus récent (sociolinguistique de la mondialisation, sociolinguistique urbaine, approches translinguistiques), dont le souci majeur est de croiser pratiques effectives, pratiques déclarées et représentations de la translingualité.

Résumé / Abstract : The present study focused on language contact phenomena observed from the viewpoint of multilingual speakers in an urban context, as well as on the connection between linguistic resources and identity - making processes. The proposed case study is the Nepali-speaking environment comprised of the urban centers of the Kathmandu Valley in Nepal. The chosen context of study is that of contemporary Nepales e society, in particular the spoken interactions of some categories of speakers deemed more likely to adopt mixed language practices involving the integration of English in their daily conversations in Nepali, which is the official language of Nepal and the most widely used in intercommunity contacts. From a corpus of spoken data recorded in a diversity of environments, extracts from media programs, as well as survey questionnaires and semi-structured interviews, we undertake to analyze the dynamics of meaning-making in these mixed language practices to increase our understanding of complex identity- making patterns. Shaped as a sociolinguistic register based on stylistic conventions and specific discursive strategies, such language practices vigorously resist a classification in terms of code switching or code mixing. The study focuses chiefly on the analysis of the meshing potential of heterogeneous linguistic resources from an interpretive approach inspired by a methodological and theoretical apparatus that is both well-experienced (interactional sociolinguistics, ethnography of speech, praxematics) and more recent (sociolinguistics of globalization, urban sociolinguistics, translinguistic approaches), the major concern of which is to confront effective practices, declared practices and representations of translingual behavior.