Autoconstruits, précaires, écologiques ? : enquête sur la durabilité urbaine des barrios à Saint-Domingue / Darysleida Sosa Valdez ; sous la direction de Laurence Feveile-Berger

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Pauvres en milieu urbain -- République dominicaine -- Saint-Domingue (République dominicaine)

Quartiers pauvres -- République dominicaine -- Saint-Domingue (République dominicaine)

Régularisation foncière urbaine -- République dominicaine -- Saint-Domingue (République dominicaine)

Bidonvilles -- République dominicaine -- Saint-Domingue (République dominicaine)

Classification Dewey : 711

Feveile-Berger, Laurence (19..-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Lussault, Michel (1960-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Faburel, Guillaume (1970-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Nardacchione, Gabriel Andrés (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Clerc-Huybrechts, Valérie (1962-....) (Membre du jury / opponent)

García Sánchez, Pedro José (Membre du jury / opponent)

Université Paris Nanterre (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Espaces, Temps, Cultures (Université Paris Nanterre) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Cette thèse interroge l’application du modèle de la « ville durable » et ses conséquences socio-spatiales sur la base d’une enquête menée dans quatre barrios (quartiers « informels ») de Saint-Domingue. En prenant comme variables leur spatialité, les pratiques habitantes et les interventions urbaines, une mise en perspective critique sur la durabilité et la précarité est proposée. Dans le contexte où les théories de marginalité ont historiquement marqué les analyses des barrios, leur disparition se présente comme nécessaire face à la requalification et à un développement acceptable de la ville dominicaine. Or, ces quartiers matérialisent 75 % de la production de logements et constituent les principaux agents opérant sur la configuration de la trame urbaine dominicaine. Malgré les nombreuses opérations de réhabilitation et de rénovation, leur omniprésence questionne les tentatives de régulation promues par les organisations internationales et les gouvernements locaux. Ainsi, visant principalement la protection environnementale, la politique de la ville n’arrive toujours pas à intégrer les barrios dans la conception d’un urbanisme contemporain. Dans cette thèse, les barrios sont considérés comme des espaces capables d’accueillir des influences globales pouvant contribuer à l’évolution de la ville et à sa durabilité. L’objectif est celui de trouver quelles analogies avec la ville durable sont possibles en termes de densité, de proximité, d’adaptation, de flexibilité, de gestion des risques et des conflits. Alors que le souci de rendre la ville attractive et compétitive légitime l’éviction des barrios, comment l’imaginaire de la durabilité se construit-il au milieu d’intérêts locaux et globaux ?

Résumé / Abstract : This thesis questions the application of the "sustainable city" model and its socio-spatial consequences based on a survey conducted in four barrios (“informal” settlements) in Santo Domingo. By taking as variables their spatiality, inhabitant practices and urban interventions, a critical perspective on sustainability and precariousness has been proposed. In the context where the theories of marginality have historically marked the analyses of the barrios, their disappearance is necessary front of the requalification and the acceptable development of the Dominican capital city. However, these neighborhoods materialize 75% of the production of housing and constitute the main operating agents on the configuration of the Dominican urban fabric. Despite the numerous rehabilitation and renovation operations, the omnipresence of barrios in the city questions all efforts of regulation promoted by international organizations and local governments. Thus, the means of action, aimed mainly at environmental protection, still fail to integrate the barrios into the design of contemporary urban planning. In this thesis, the barrios are considered as spaces capable of hosting global influences that can contribute to the evolution of the city and its sustainability. The objective is to find out what analogies with the sustainable city are possible in terms of density, proximity, adaptation, flexibility, risk and conflict management. While the concern to make the city attractive and competitive legitimizes the eviction of the barrios, how does the imaginary of sustainability build itself in the midst of local and global interests?