Prise en charge du syndrome myélodysplasique chez le sujet de plus de 75 au CHU de Poitiers / Coline André-Fortin ; [sous la direction de] Thomas Brunet

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Syndrome myélodysplasique -- Chez la personne âgée

Centre hospitalier régional et universitaire

Classification Dewey : 610

Brunet, Thomas (1988-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Paccalin, Marc (Président du jury de soutenance / praeses)

Liuu, Evelyne (1982-....) (Membre du jury / opponent)

Torregrosa-Diaz, Jose Miguel (Membre du jury / opponent)

Université de Poitiers (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Université de Poitiers. UFR de médecine et de pharmacie (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Résumé / Abstract : Introduction. Le SMD est l’hémopathie la plus fréquente du sujet âgé. L’objectif de l’étude était de décrire la prise en charge thérapeutique des SMD chez les sujets de plus de 75 ans. Méthodes. Etude rétrospective, descriptive et monocentrique au CHU de Poitiers. Tous les patients ≥ 75 ans atteints d’un SMD primaire diagnostiqué entre janvier 2014 et décembre 2019 étaient éligibles. Le diagnostic reposait sur un prélèvement médullaire. Les données démographiques, l’indice de comorbidité et le nombre de traitement au diagnostic ont été enregistrés. Le pronostic des SMD était établi selon le score IPSS, et les différentes lignes thérapeutiques étaient renseignées. Résultats. Parmi nos 101 patients inclus, on comptait 60% d’hommes, avec un âge moyen de 82,1 ± 4,3 ans et un score de comorbidités de Charlson moyen à 5,68 ± 1,71. La plupart des patients (62%) avaient un score pronostique à faible risque. Dans le groupe SMD bas risque (SMD-BR), les patients ont reçu principalement un traitement par EPO (64%) et support transfusionnel (68%), visant à corriger les cytopénies. Dans notre groupe SMD haut risque (SMD-HR), tous les patients ont reçu un traitement. L’AZACITIDINE a été prescrite chez 67% d’entre eux, contre 22% dans le groupe SMD-BR (p < 0,0001). 19% des patients de notre cohorte ont évolué en LAM, essentiellement dans le groupe SMD-HR (p < 0,05). La moyenne de survie globale était de 26 ± 18 mois, avec un taux de décès proche de 70%. Aucun facteur prédictif de mortalité n’a été mis en évidence. Conclusion. Le syndrome myélodysplasique est une pathologie du sujet âgé et de pronostic sombre malgré les différentes options thérapeutiques. Avec les progrès dans le domaine de la cytogénétique et de la biologie moléculaire, de nouvelles pistes thérapeutiques semblent prometteuses en offrant un meilleur rapport bénéfice/risque. Réduire la dépendance transfusionnelle pourrait permettre d’améliorer la qualité de vie de ces patients et contribuer à l’amélioration des parcours de soins

Résumé / Abstract : Introduction. MDS is the most common hemopathy in the elderly. The objective of the study was to describe the therapeutic management of MDS in subjects over 75 years of age. Methods. Retrospective, descriptive and monocentric study at the CHU of Poitiers. All patients ≥ 75 years old with a primary MDS diagnosed between January 2014 and December 2019 were eligible. Diagnosis was based on a spinal cord specimen. Demographics, co-morbidity index and number of treatments at diagnosis were recorded. The prognosis of MDS was based on the IPSS score, and the different treatment lines were reported. Results. Of our 101 patients included, 60% were male, with an average age of 82.1 ± 4.3 years and an average Charlson co-morbidity score of 5.68 ± 1.71. Most patients (62%) had a low-risk prognostic score. In the low-risk MDS group (MDS-BR), patients received mainly EPO (64%) and transfusion support (68%) to correct cytopenias. In our high-risk MDS group (MDS-HR), all patients received treatment. AZACITIDINE was prescribed to 67% of patients, compared to 22% in the MDS-BR group (p < 0.0001). In our cohort, 19% of patients progressed to AML, primarily in the SMD-HR group (p < 0.05). The average overall survival was 26 ± 18 months, with a death rate close to 70%. No factors predictive of mortality were identified. Conclusion. Myelodysplastic syndrome is a pathology of the elderly subject with a poor prognosis despite the different treatment options. With the progress in the field of cytogenetics and molecular biology, new therapeutic avenues seem promising by offering a better benefit/risk ratio. Reducing transfusion dependency could improve the quality of life of these patients and contribute to the improvement of care pathways.