Le paritarisme à l'épreuve de l'évaluation : genèse instrumentale, travail d'organisation et fragilité institutionnelle dans le champ de la formation professionnelle continue / Edine Gassert ; sous la direction de Fabienne Berton et de Arnaud Mias

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Formation professionnelle -- Évaluation -- France

Formation professionnelle -- Politique publique -- France

Personnel -- Formation -- Évaluation

Paritarisme

Évaluation

Classification Dewey : 331.259 2

Classification Dewey : 374.013

Berton, Fabienne (Directeur de thèse / thesis advisor)

Mias, Arnaud (1976-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Quenson, Emmanuel (Président du jury de soutenance / praeses)

Zimmermann, Bénédicte (1965-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Verdier, Éric (1954-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Tallard, Michèle (Membre du jury / opponent)

Freyssinet, Jacques (Membre du jury / opponent)

HESAM Université (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Abbé Grégoire (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Conservatoire national des arts et métiers (France) (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Bien que le renforcement des enjeux cognitifs soit une évolution marquante de la négociation collective en France (Bévort, Jobert, 2008), les "pratiques de connaissance" (Mias, 2013) visant à équiper le travail syndical à des fins de qualification et de gestion des accords collectifs, sont encore rarement saisies en tant qu'objet de recherche, alors même que la compréhension de leurs modalités d'appropriation autorise un questionnement plus large sur les transformations contemporaines des relations professionnelles. Partant de cette ambition de départ, cette thèse examine sous l'angle ethnographique l'institutionnalisation d'une politique paritaire d'évaluation initiée en 2009 au plan national et interprofessionnel dans le domaine de la formation professionnelle continue (FPC).La première partie restitue les conditions d'émergence de l'évaluation en tant qu'enjeu politique, ainsi que les problématiques liées à son opérationnalisation. Ces processus sont interprétés à la lumière des rapports de force entre acteurs (partenaires sociaux, Etat) dans un contexte de recomposition des modes de régulation politique et financier des fonds de la formation continue.La seconde partie décrit le "travail d'organisation" (Terssac de, 2003) de l'évaluation au sein des institutions paritaires interprofessionnelles. Elle propose une analyse monographique de l’instance d’évaluation d'origine paritaire, le Conseil national d'évaluations de la formation professionnelle (CNEFP). Cette exploration est complétée par l’examen de trois études de cas, qui met au jour les contraintes liées à la pratique de l’évaluation, mais aussi les dynamiques engendrées en termes d'apprentissage.La troisième partie conclusive explore les ressorts d'une dégradation, lente mais progressive, du positionnement institutionnel du CNEFP. Plusieurs facteurs sont examinés comme la détérioration des formes d'engagement syndical et patronal, la concurrence des niveaux de régulation des politiques paritaires et l'instabilité institutionnelle dans un contexte de rapprochement des gouvernances des politiques d'emploi, de formation professionnelle et d'orientation. Au final, sur la base des éléments fournis, c'est l'organisation du "déclin du paritarisme" (Luttringer, 2018) au bénéfice d'une reprise en main par l'Etat de la régulation du système qui est discuté.

Résumé / Abstract : Although the intensification of cognitive stakes is one of more important evolution of french collective bargaining (Bévort,Jobert, 2008), the « knowledge practises » (Mias, 2013) aiming at providing the union work with tools for a betterassessment of collective agreement are seldom considered as a subject of research, at a time when understanding their modeof appropriation require a broader questioning about the contemporary transformation of professional relationship. Basedon this assumption, this study examines the institutionalisation of the joint evaluation policy from an ethnographicperspective. The latter was initiated in 2009 on a national and interbranch level in the field of vocational training. The firstpart deals with the condition for the emergence of evaluation as a political issue on the hand and the problem related to itsopérations on the other hand. These processus are viewed in the light of the power relationship between actors (socialpartners, state) within a context of recomposition of political and financial mode of régulation regarding the vocationaltraining funding. The second part describes the « organizational work » (Terssac de, 2003) for the evaluation within theinterbranch joint institutions. It offers a monographic analysis of the national council of vocational training evaluation(CNEFP), the body of joint evaluation. This study is illustrated by three case studies highlighting ans updating theconstraints related to the evaluation practices, but also the learning dynamics consequences. The third conclusive partexamines the deterioration of the CNEFP 's institutional positioning. Several factors are fingerpointed such as the lesseningof union and employers commitment, the rivalry among the various levels of joint policy and also the institutional instabilityon a context of rapprochment between employement policy, vocational training and orienteering governing bodies.Ultimately, according to research results, it’s the « decline of joint policy » organization (Luttringer, 2008) in aid of statetaking over the regulation of system that is debated.