Amélioration du bon usage des médicaments chez les personnes âgées : nouvelles données sur les prescriptions potentiellement inappropriées et mise à disposition d'outils / Barbara Roux ; sous la direction de Marie-Laure Laroche

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Prescription médicamenteuse -- Chez la personne âgée

Classification Dewey : 615

Laroche, Marie-Laure (1974-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Tchalla, Achille Edem (Président du jury de soutenance / praeses)

Pariente, Antoine (1975-...) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Puisieux, François (1962-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Noize, Pernelle (1979-....) (Membre du jury / opponent)

Sirois, Caroline (19..-....) (Membre du jury / opponent)

Université de Limoges (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Sciences Biologiques et Santé (Limoges) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Ciblage individuel et prévention des risques en transplantation (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Les personnes âgées sont deux fois plus exposées au risque iatrogène que la population générale, pouvant conduire dans 10 à 20 % des cas à une hospitalisation. Avec le vieillissement de la population, l’optimisation des prescriptions des personnes âgées demeure ainsi une priorité de santé publique constante. L’objectif de ce travail était l’étude des prescriptions potentiellement inappropriées (PPI) au niveau populationnel et la mise à disposition d’outils pour améliorer le bon usage des médicaments dans la population âgée. Une mise à jour de la liste française Laroche (2007) a été effectuée par consensus Delphi pour aboutir à un nouvel outil de détection des PPI (REvision des prescriptions MEDIcamenteuses potentiellement inapproprié[e]s chez les Seniors ou REMEDI[e]S). Une utilisation de cet outil a montré que la prévalence des PPI était élevée en France (56,7 %) et associée à des coûts importants. Une étude Québécoise a révélé des résultats similaires (prévalence à 48,3 %) et a permis de démontrer que l’incidence était non négligeable (7,8 %) et que les PPI étaient persistantes au cours du temps pour près d’un quart des personnes âgées. Outre la détection des PPI, la déprescription est une approche complémentaire pour réduire la fréquence des PPI. Le questionnaire revised Patients’ Attitudes Towards Deprescribing a alors été traduit et validé en français parmi quatre pays francophones ; ce questionnaire a révélé qu’une majorité de personnes âgées et d’aidants seraient d’accord pour arrêter un médicament. Ces résultats mettent en évidence la nécessité de sensibiliser constamment les professionnels de santé et les autorités sanitaires sur la problématique des PPI. La déprescription semblant être bien acceptée, présente de nouvelles opportunités pour optimiser davantage les prescriptions du sujet âgé.

Résumé / Abstract : Older adults are twice as exposed to iatrogenic risk as the general population, which can lead in 10 to 20% of cases to hospitalization. As the population ages, optimizing prescriptions for older adults therefore remains an ongoing public health priority. The objective of this work was the study of potentially inappropriate prescribing (PIP) at the population level and the provision of tools to improve the appropriate use of medications in the older population. Anupdate of the French Laroche list (2007) was performed using a Delphi consensus, resulting in a new tool for the detection of PIP (REview of potentially inappropriate MEDIcation pr[e]scribing in Seniors or REMEDI[e]S). This tool was used to assess the prevalence of PIP, which was high in France (56.7%) and associated with significant costs. A Quebec study revealed similar results (prevalence at 48.3%) and showed that the incidence was non-negligible (7.8%) andthat these PIP were persistent over time for almost a quarter of older people. In addition to the detection of PIP, deprescribing is a complementary approach to reduce PIP. The revisedPatients' Attitudes Towards Deprescribing questionnaire was then translated into French and validated among four French-speaking countries; this questionnaire revealed that a majority of older adults and caregivers would agree to discontinue a medication. These results highlight the need to constantly raise awareness among health professionals and health authorities on the issue of PIP. Deprescribing seems to be well accepted, presents new opportunities to further optimize prescriptions of the elderly subject.