Jean-Etienne-Marie Portalis : illustre varois, enfant du Beausset / Jean Musso et Patrick Penel ; Préface, Jean Tulard

Date :

Type : Livre / Book

Langue / Language : français / French

ISBN : 978-2-7314-1184-3

ISBN : 2-7314-1184-8

Catalogue Worldcat

Portalis -- Jean-Étienne-Marie -- 1746-1807

Droit civil -- Codes juridiques -- Histoire

Classification Dewey : 944

Musso, Jean (Editeur scientifique / editor)

Penel, Patrick (Editeur scientifique / editor)

Tulard, Jean (1933-....) (Préfacier, etc. / author of introd)

Résumé / Abstract : Dans l’hémicycle du palais du Luxembourg, face à nos Sénateurs, sa statue côtoie celle de Malesherbes, non loin de celle de Colbert. Sa décoration de Grand Aigle de la Légion d’Honneur fut une décision de l’Empereur. Au Panthéon, Napoléon a également voulu qu’une place lui soit réservée. En ces temps de ruptures et de métamorphose, il avait été un homme modéré, engagé, jamais résigné, tout à l’opposé d’un personnage de l’ombre. Éminentes sont ses contributions au Code civil, au rétablissement de la paix religieuse en complément du Concordat. Leur portée a rayonné dans l’Histoire. Portalis fut attiré de très bonne heure par l’art oratoire, par la littérature, le droit romain et le droit canonique. Que se serait-il passé s’il n’avait pas pris en février 1792 la décision de quitter nuitamment les Pradeaux à Saint-Cyr ? Que se serait-il advenu si à l’automne 1797 il n’avait pas été le « fugitif de fructidor » pour un peu plus de deux années ? Créer et dévoiler à nouveau l’authenticité de sa personnalité et son œuvre monumentale, voilà bien la tâche que s’est donnée l’association culturelle beaussétane HARPS : pour Jean-Étienne-Marie Portalis, enfant du pays, jurisconsulte, penseur et philosophe, le colloque de Toulon de novembre 2018 a réuni des experts, juristes, avocats, historiens, avec plusieurs dossiers de très grande qualité sous leurs bras. Ce livre est issu des conférences qu’ils ont données à Toulon : il témoigne de la présence talentueuse et impressionnante de Portalis au gouvernement de la France entre février 1800 et août 1807, et il démontre combien la réputation de Portalis avait rapidement dépassé les limites de la Provence ainsi que les frontières nationales.