Les conditions de la participation sociale des personnes en situation de handicap liée à des troubles psychiques : l'apport des Groupes d'Entraide Mutuelle / Marielle Valran ; sous la direction de Charles Gardou

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Handicapés psychiques -- Intégration sociale

Groupes d'entraide mutuelle

Classification Dewey : 370

Gardou, Charles (Directeur de thèse / thesis advisor)

Jaeger, Marcel (1949-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Lachapelle, Yves (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Masse, Manon (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Bonnafé, Marie (1935-...) (Membre du jury / opponent)

Université de Lyon (2015-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Université Lumière (Lyon) (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Éducation, Cultures, Politiques (Lyon) (Equipe de recherche associée à la thèse / thesis associated research team)

Résumé / Abstract : Cette thèse prend appui sur plusieurs constats mettant en évidence un ensemble de restrictions de participation sociale pour les personnes en situation de handicap, liée à des troubles psychiques. En dépit d’un contexte législatif promouvant leur participation à la société, l’étude documentaire fait état d’entraves portant sur l’ensemble des domaines de la vie : la dimension domestique, sociale, économique et professionnelle, politique, culturelle et artistique. Dans ce contexte, et en cohérence avec les nomenclatures internationales, notre thèse entend définir les conditions permettant aux Groupes d’Entraide Mutuelle (GEM) de renforcer cette participation. La seconde visée est d’en mesurer le degré du point de vue des personnes et du collectif. Après une exploration conceptuelle centrée sur la participation et la participation sociale, nous proposons un modèle théorique du processus et des résultats de la participation sociale, que nous confrontons au terrain par une enquête. Pour ce faire, notre démarche repose sur des questionnaires administrés in situ et adossés à une observation fragmentée dans vingt GEM, ainsi que deux observations participantes au sein de ces mêmes associations. L’analyse des données, essentiellement qualitative, révèle des formes de participations contrastées, sur le plan individuel et collectif. Chemin faisant, nous dégageons plusieurs conditions au déploiement de la participation sociale, liées tant aux dispositions individuelles des adhérents qu’aux configurations proposées par le dispositif (configurations spatiales, organisationnelles, relationnelles et des « arts de faire » des professionnels). L’interprétation nous conduit à envisager le processus individuel de participation sociale comme une expérience alors que, au niveau collectif, il réfère à une publicisation d’un ensemble de problèmes et de points de vue, transformant chacun des acteurs. En termes de résultats, nous distinguons trois niveaux de participation sociale et retenons la production de différents types d’expertises, que nous caractérisons. In fine, nous amendons notre proposition théorique initiale et formalisons un modèle transactionnel du processus et des résultats de la participation sociale.

Résumé / Abstract : This thesis is based on multiple observations that paint a picture of a collection of restrictions on social participation for people with handicaps related to mental illness. In the absence of a legal context which encourages the social participation of these individuals, documentary evidence shows that there are roadblocks in various domains, such as domestic, social, economic, professional, political, cultural and artistic domains. In this context, and in line with international terminologies, our thesis aims to define the conditions which enable support groups for individuals with mental handicaps (known in France as Groupes d’Entraide Mutuelle, or GEM for short) to strengthen the social participation of their members. We aim to measure the strength of this involvement both on an individual and a collective level. After an overview of the concepts of participation and social participation, we will propose a theoretical model that covers the process and results of social participation, which we will compare and contrast to what we observe in the context of our research. This research is comprised of open-ended questionnaires administered face-to-face with members of GEMs, fragmented ethnographic observations in twenty GEMs, and extensive participant observation in two GEMs. The analysis of the data, which was in large part qualitative, points to different forms of participation on the individual and collective level. With these forms in mind, we identify various conditions necessary for the emergence of social participation, linked both with the individual characteristics of members and the specific contexts of each GEM, whether they be spatial, organisational, relational and/or professional.Our analysis leads us to understand the individual process of social participation as an experience, whereas at the collective level, the process is a publicization of a set of problems and points of view which transforms each of the actors involved. In terms of results, we identify three levels of social participation as well as the emergence of different types of expertise. In conclusion, we modify our original theoretical model and propose a new transactional model of the process of social participation and its results.