Caractérisation transcriptomique des cellules lymphoïdes innées / Adeline Crinier ; sous la direction de Éric Vivier et de Émilie Narni-Mancinelli

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Cellules lymphoïdes innées

Leucémie aigüe myéloïde

Cancer colorectal

Classification Dewey : 570

Vivier, Éric (19..-.... ; biologiste) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Narni-Mancinelli, Émilie (1980-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Galland, Franck (19..-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Caignard, Anne (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Cerf-Bensussan, Nadine (1955-....) (Membre du jury / opponent)

Aix-Marseille Université (2012-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Ecole Doctorale Sciences de la Vie et de la Santé (Marseille) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre d'Immunologie Marseille-Luminy (CIML) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Les cellules NK et les ILC auxiliaires (ILC1, ILC2, ILC3) font partie de la famille des cellules lymphoïdes innées (ILC). Le séquençage sur cellules uniques (scRNAseq) est un outil puissant dont les applications ont des implications significatives dans la recherche fondamentale et clinique.Par scRNAseq, nous avons identifié 3 populations de cellules NK spléniques chez la souris et 4 chez l'homme, et 2 dans le sang chez l’homme et la souris. Les profils transcriptomiques des deux populations principales, NK1 (ressemblant aux cellules NK CD56dim chez l'homme et CD27-CD11b+ chez la souris) et NK2 (ressemblant aux cellules NK CD56bright et CD27- CD11b+), sont similaires entre les organes et les espèces.Dans la moelle osseuse chez l’homme, notre deuxième étude a confirmé la présence des populations NK1 et NK2 et a caractérisé une seconde population de cellules NK CD56bright (NK0) comme étant précurseur des cellules NK circulantes CD56bright-NK2 et CD56dim-NK1. Chez les patients souffrant d’une leucémie myéloïde aiguë (LAM), les profils transcriptomiques des cellules NK sont altérés, avec une répression des fonctions effectrices induite par le stress. Dans la tumeur chez les patients atteints de cancer colorectal (CCR), nous avons observé une seconde population d’ILC1 et des ILC2 infiltrantes absentes du tissu sain. De plus, les ILC tumorales et sanguines des patients atteints de CCR expriment des niveaux plus élevés de SLAMF1. Enfin, une plus forte expression de SLAMF1 est associée à un taux de survie plus élevé chez des patients atteints de cancer du rectum. SLAMF1 est donc un biomarqueur du CCR.

Résumé / Abstract : NK cells and helper-like ILCs (ILC1, ILC2, ILC3) are part of the family of innate lymphoid cells (ILC). Single-cell RNAseq (scRNAseq) is emerging as a powerful tool whose applications will have meaningful implications for both basic and clinical research.Through the use of scRNAseq, we identified the existence of several subpopulations of splenic NK cells, 4 in human, 3 in the mouse and 2 subsets in the blood of both human and mouse blood. The transcriptomic profiles of the two major subsets, NK1 (resembling CD56dim NK cells in human and CD27-CD11b+ NK cells in mouse) and NK2 (resembling CD56bright NK cells human and CD27-CD11b+ NK cells in mouse), were similar across organs and species.In human bone marrow, our second study confirmed the presence of NK1 and NK2 and characterized a second subset of CD56bright NK cells subset (NK0) as the precursor of both circulating CD56bright NK2-like and CD56dim NK1-like NK cells. In patients with acute myeloid leukemia (AML), transcriptomic profiles of NK cells are altered, with a stress-induced repression of NK cell effector functions relative to healthy NK cells. In tumors of patients suffering from colorectal cancer (CRC), we identified an additional ILC1-like subsets and infiltrating ILC2, both absent from healthy tissue. Moreover, we found that tumor-infiltrating and blood ILC from CRC patients exhibited higher levels of SLAMF1 on. Lastly, SLAMF1-high group of rectal cancer patients has a significantly higher survival rate than the SLAMF1-low patients. SLAMF1 is therefore a biomarker of CRC.