Variations anatomiques de l’innervation sensitive de la face dorsale de la première commissure : une étude cadavérique / Florian Démoulin ; sous la direction de Julien Gaillard

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Neuropathie du nerf radial -- Dissertation universitaire

Fractures de l'humérus -- Dissertation universitaire

Nerf radial -- Dissertation universitaire

Nerf musculocutané -- Dissertation universitaire

Variation anatomique -- Dissertation universitaire

Gaillard, Julien (1978-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université Paris-Est Créteil Val de Marne. Faculté de santé (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Variations anatomiques de l’innervation sensitive de la face dorsale de la première commissure : une étude cadavérique / Florian Démoulin ; sous la direction de Julien Gaillard / Créteil : Université Paris-Est-Créteil , 2021

Résumé / Abstract : La paralysie radiale est une complication classique lors de fractures de diaphyse humérale. Sur le plan moteur le nerf radial permet l’extension du poignet, du pouce et de P1 des doigts longs, par ailleurs il permet la sensibilité de la face dorsale de la première commissure. En pratique clinique, il n’est pas rare d’observer une paralysie motrice du nerf radial sans anomalie ressentie dans le territoire sensitif. En 1911 Appleton décrivait une variation anatomique : une absence de branche sensitive du nerf radial (BSNR) et suppléance de l’innervation de la première commissure par le nerf cutané latéral de l’avant-bras (NCLAB). A partir de ces constatations, nous avons décidé d’étudier les variations anatomiques de l’innervation de la première commissure et d’en estimer leur fréquence. Une étude cadavérique a été menée sur 24 membres supérieurs afin d’analyser l’origine tronculaire des branches sensitives innervant la face dorsale de la première commissure. L’innervation par la BSNR fut retrouvée dans 22 cas, une variation anatomique mise en évidence dans 2 cas avec une innervation mixte par la BSNR et le NCLAB dans 1 cas et une innervation unique par le NCLAB avec absence de BSNR dans 1 cas. Des communicantes entre la BSNR et le NCLAB furent retrouvées dans 7 cas. Comme lors des travaux antérieurs nous avons retrouvé des anastomoses entre BSNR et NCLAB et mis en évidence un cas d’une innervation unique de la première commissure par le NCLAB. Ces résultats incitent à la prudence lors de l’interprétation du testing sensitif lors de paralysies radiales moyennes. Il faudrait augmenter nos dissections pour obtenir des statistiques fiables sur la fréquence de ces variations

Résumé / Abstract : Radial paralysis is a classic complication of diaphysis humeral fractures. On the motor side the radial nerve allows the extension of the wrist, thumb and first phalanx of the long fingers. In addition it allows the sensitivity of the dorsal face of the first commissure. In clinical practice, it is common to observe motor paralysis of the radial nerve without an abnormality felt in the sensitive territory. In 1911 Appleton described an anatomical variation: an absence of a sensitive branch of the radial nerve (SBRN) and a substitute for the innervation of the first commissure by the lateral antebrachial cutaneous nerve (LACN). Based on these findings, we decided to study the anatomical variations of the innervation of the first commissure and to estimate their frequency. A cadaveric study was conducted on 24 upper limbs to analyze the trunk origin of the sensitive branches for the dorsal face of the first commissure.Innervation by SBRN was found in 18 cases, an anatomical variation highlighted in 2 cases with mixed innervation by SBRN and LACN in 1 case and a single innervation by LACN with absence of SBRN in 1 case. Communications between the SBRN and the LACN were found in 7 cases. As in previous studies we found anastomosis between SBRN and LACN and showed a case of a single innervation of the first commissure by the LACN. These results encourage caution when interpreting sensitive testing for medium radial paralysis. We would need to increase our dissections to obtain reliable statistics on the frequency of these variations.