Le droit patrimonial des couples et la liquidation des opérations non dénouées / Sylvain Bernard ; sous la direction de Pierre Murat

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Partage des biens communs

Partenariats enregistrés

Classification Dewey : 340

Murat, Pierre (1962-.... ; juriste) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Vareille, Bernard (1952-.... ; juriste) (Président du jury de soutenance / praeses)

Naudin, Estelle (1976-.... ; juriste) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Vernières, Christophe (1978-....) (Membre du jury / opponent)

Champenois, Gérard (1941-.... ; juriste) (Membre du jury / opponent)

Renchon, Jean-Louis (1949-....) (Membre du jury / opponent)

Communauté d'universités et d'établissements Université Grenoble Alpes (2015-2019) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale sciences juridiques (Grenoble, Isère, France ; 2003-....) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre de recherches juridiques (Grenoble ; 1995-....) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Relation : Le droit patrimonial des couples et la liquidation des opérations non dénouées / Sylvain Bernard,... ; Préface de Bernard Vareille,... / Paris La Défense : Defrénois, un savoir-faire de Lextenso , DL 2022

Résumé / Abstract : La vie commune inhérente aux couples qu’ils soient mariés, pacsés, entraîne la création d’intérêts patrimoniaux entre ses membres dont la liquidation est rendue plus complexe par l’existence d’opérations non dénouées au moment de la formation ou de la dissolution de l’union. En effet, les régimes de biens se trouvent en difficulté pour appréhender certaines opérations dont le résultat demeure incertain. Or, ces opérations se sont multipliées. Elles sont le support technique de certaines rémunérations versées à un des membres du couple (participation, stock-options, etc), le fruit de son épargne (assurance-vie, contrat de capitalisation…) ou résultent des modalités d’acquisition d’un bien (prêt à intérêt, promesses synallagmatiques de vente ou compromis de vente). Leur liquidation est devenue d’autant plus conflictuelle et difficile qu’elle peut intervenir consécutivement à un divorce ou une séparation.Devant l’incertitude juridique ou économique qui marque les opérations non dénouées, on peut alors se demander comment procéder à leur liquidation alors que leur résultat est par définition inconnu.La diversité de ces mécanismes dont la conclusion est complexe ou le dénouement retardé, rend ainsi nécessaire une étude d’ensemble tant sur la question des critères de qualification déterminant l’entrée des biens dans une des différentes masses, ou dans l’indivision, que sur la problématique de l’évaluation, où les règles du valorisme apparaissent en difficulté. Cette étude a pour finalité de dégager des solutions équitables pour la liquidation des opérations non dénouées. Autrement dit, elle vise à mettre en évidence des solutions liquidatives susceptibles de préserver la justice distributive. Afin d’y parvenir, il est nécessaire d’adopter de critères de qualification adéquats et d’évaluer avec justesse les avantages économiques ou des dettes issues des opérations non dénouées.

Résumé / Abstract : Living together, which is an inherent feature of a couple, leads to the creation of common proprietary interests whose distribution is made even more complex by ongoing contracts at the moment of the couple’s union or dissolution, which the French doctrine refers to as "opérations non dénouées". These contracts are characterized by the fact that their effects are still running at the time of the formation or dissolution of the union; they may be only partially executed or not exectuted at all at the time of the couple’s union or dissolution.Indeed, property law struggles to comprehend some contracts whose outcome remains uncertain.And yet, the number of these contracts has significantly increased. They may be the technical basis of some fees paid to one of the spouses (through profit sharing or stock option), the result of his or her savings (life insurance policies or capitalization contracts) or that of the acquisition terms and conditions of property (an interest loan, an option, a preliminary sales agreement). The issue of a couple’s liquidation and distribution of assets has recently become a greater source of conflict and difficulty insofar as it occurs following a divorce or a separation.Faced with the legal and economic uncertainty pertaining to the "opérations non dénouées", one may then wonder how to deal with their distribution even though their results are precisely unknown.The diversity of these contracts, whose conclusion is somewhat complex and whose settlement is delayed makes it necessary to conduct a comprehensive study of the criteria that should be used to determine whether the assets belong to one of the spouses, or fall within the realm of undivided property, as well as of the issue of valuation. The purpose of this study is to suggest fair solutions for the distribution of these "opérations non dénouées". In other words, it aims at proposing solutions, which are more likely to ensure a fair distribution between the spouses. To achieve the goal of ensuring distributive justice, it is necessary to set appropriate criteria and to valuate as fairly as possible the economic advantages or the debts resulting from these "opérations non dénouées".