J’ai un DSA, c’est grave docteur ? De novo donor specific antibody initial and evolutive characteristics predictive of graft survival in kidney transplant recipients at Grenoble university hospital (the DYNAMIK study) / Catherine Casiez ; sous la direction de Thomas Jouve

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : anglais / English

Langue / Language : français / French

Rein -- Transplantation -- Complications (médecine)

Rejet de greffe

Survie (médecine)

Hôpitaux d'enseignement -- France -- Grenoble (Isère)

Spécificité des anticorps -- Dissertation universitaire

Classification Dewey : 610

Jouve, Thomas (1982-.... ; biostatisticien et néphrologue) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Rostaing, Lionel (19..-.... ; néphrologue) (Président du jury de soutenance / praeses)

Université Grenoble Alpes (2020-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Introduction : Le développement des anticorps spécifiques du greffon formés de-novo (dnDSA) réduit la survie du greffon chez les patients transplantés rénaux (TxR). Dans cette étude, nous évaluons les caractéristiques initiales et évolutives des dnDSA prédictives de la survie du greffon censurée sur le décès (SGCD). Matériel & méthodes: Tous les TxR entre 2008 et 2017 à Grenoble, sans DSA préformé, ont été inclus. La majorité a reçu une induction par thymoglobulines, le traitement d’entretien associant tacrolimus, mycophenolate-mofetyl et un arrêt précoce des corticoïdes. Résultats : 967 TxR ont été inclus. Un dnDSA s'est développé chez 65 (6.7%) en classe 2, après 2.2 ans en moyenne, induisant 30% de rejets humoraux et 40% de pertes de greffon. En comparaison aux TxR ne développant pas de dnDSA, les patients développant des dnDSA de classe 2 présentaient une SGCD significativement plus faible (RR=4.24, p<0.001). Les facteurs pronostics associés à la SGCD en analyse multivariée étaient la persistance du dnDSA (p=0.01) et le co-développement d’une classe 1 (p=0.001). Au total, 49% des TxR ont reçu un traitement spécifique, sans effet sur la SGCD (p=0.37) ou la survie brute (p=0.25). Les cas de rejet humoraux les plus sévères étant parmi les patients traités, probablement par un biais de sélection. Sur toute la cohorte, les dnDSA persistants avec une MFI initiale élevée étaient les plus péjoratifs. Conclusion : Dans notre cohorte, les dnDSA ne sont pas fréquents mais péjoratifs. Les dnDSA avec une MFI initiale faible et peu persistants sont les moins nuisibles : ces facteurs pourraient permettre de stratifier les TxR développant un dnDSA.

Résumé / Abstract : Introduction: Occurrence of de-novo donor-specific antibodies (dnDSA) can reduce graft survival in kidney-transplant recipients (KTR). In this study, we assessed the initial and evolutive characteristics of dnDSA predictive of death-censored graft survival (DCGS). Materials & methods: All KTR at Grenoble University Hospital between 2008 and 2017 with no preformed DSA were included. Most patients received antithymocyte globulins as induction therapy and maintenance immunosuppression of tacrolimus and mycophenolic acid, plus early steroid-withdrawal. Results: 967 KTR were included. A dnDSA occurred in 65 (6.7%), after 2.2 years post transplantation. This resulted in antibody-mediated rejection (ABMR) in 30% of cases and graft loss in 40%. Compared to dnDSA-free patients, KTR that developed a class-2 dnDSA had significantly lower DCGS (HR=4.24, p<0.001). Multivariate prognostic factors associated with DCGS in patients that developed class 2 dnDSA were persisting dnDSA (p=0.01) and co-occurrence of class 1 dnDSA (p=0.001). Overall, 49% of KTR that developed a class-2 dnDSA received a specific treatment; however with no effect on DCGS (p=0.37) or raw survival (p=0.25). Selection bias probably caused the most severe cases of ABMR to be within the treated group. Overall, persisting dnDSA with a high initial MFI were the most detrimental, whereas transitory, low initial MFI dnDSA had a survival rate close to those of dnDSA-free KTR. Conclusion: In our cohort, dnDSA were infrequent but had poor outcomes. Nonetheless, dnDSA with a low initial MFI and infrequent detection over time were far less detrimental: these factors could allow KTR to be risk stratified at when developing a dnDSA.