Orpaillage et dynamiques territoriales dans la province du Sanmatenga "le pays de l'or" au Burkina Faso / Tongnoma Zongo ; sous la direction de Géraud Magrin et de Georges Compaore

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Mines d'or -- Burkina Faso

Économie rurale -- Burkina Faso

Pollution

Enfants -- Travail

Classification Dewey : 910

Magrin, Géraud (1972-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Compaore, Georges (19..-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Nébié, Ousmane (1954-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Kadouza, Padabo (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Steck, Jean-Fabien (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-Zerbo (Ouagadougou, Burkina Faso) (Organisme de cotutelle / degree co-grantor)

École doctorale de Géographie de Paris. Espace, sociétés, aménagement (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Université Ouaga 1 Professeur Joseph Ki-Zerbo (Ouagadougou, Burkina Faso) (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Résumé / Abstract : Les dynamiques territoriales de l’orpaillage restent un thème peu étudié par rapport aux dynamiques agricoles en Afrique. Pourtant depuis les années 1970-80, l’orpaillage s’y est développé pour faire face aux différentes crises affectant le milieu rural. L’augmentation du cours de l’or, l’évolution des techniques d’extraction, les politiques agricoles inefficaces et la forte demande de ce minerai sur le plan international sont les facteurs de la ruée vers le secteur de l’orpaillage. Cette situation nouvelle n’est pas sans conséquence sur l’économie rurale des pays miniers africains. Dans le cas du Burkina Faso, on assiste depuis une dizaine d’années à des profondes mutations socio-économiques liées à la pratique intensive de l’orpaillage. Cette activité occupe une grande partie des jeunes du pays. L’État burkinabé n’a qu’un contrôle très partiel de l’exploitation minière artisanale de l’or. À partir du cas de la province du Sanmatenga, au Centre Nord du pays, cette thèse tente de montrer que l’activité d’orpaillage qui apparaît depuis quelques années comme un moyen d’adaptation à la crise en milieu rural a des répercussions profondes sur les rapports des populations aux ressources et aux territoires. En effet, cette activité s’accompagne d’une part d’effets irréversibles sur l’environnement physique et humain dans ladite province (pollution, diminution de la main-d’œuvre agricole, travail des enfants, etc.). D’autre part, les effets positifs de l’orpaillage se manifestent par l’inversion des flux migratoires, urbanisation par le bas, le développement d’activités commerciales. On assiste depuis 2015 à une tentative de réorganiser l’activité d’orpaillage par la mise en place d’une agence publique. Malgré la mise en place de cette agence dénommée « Agence nationale d’encadrement et d’exploitation minière artisanale et semi-mécanisée » (ANEEMAS) l’État semble s’être effacé de la régulation de l’orpaillage. L’asymétrie des rapports de pouvoirs entre le pouvoir traditionnel et moderne qui caractérise l’activité engendre des tensions dans sa régulation. L’analyse des mutations liées à l’orpaillage s’appuie sur les données de terrain recueillies principalement à partir d’enquêtes qualitatives et quantitatives dans la province du Sanmatenga, plus précisément dans les sites de Sahouia, Sigri et Koutoula Yarcé concernées par notre recherche. Ainsi cette thèse s’articule autour de trois parties. La première partie traite des relations entre orpaillage et territoire burkinabé, héritages aux dynamiques contemporaines. La deuxième partie aborde les effets ambivalents de l’orpaillage et la troisième partie traite de la régulation et des rapports de pouvoir qui se construisent autour de l’activité orpaillage.

Résumé / Abstract : The territorial dynamics of gold panning remain a theme little studied in relation to agricultural dynamics in Africa. Yet since the 1970s and 80s, gold panning has developed to cope with the various crises affecting the rural environment. The rise in gold prices, the evolution of mining techniques, inefficient agricultural policies and the high international demand for this mineral are all factors in the gold rush. This new situation is not without consequence on the rural system of the African mining countries. In the case of Burkina Faso, recent years have witnessed profound socio-economic changes linked to the intensive practice of gold mining. This activity occupies a large part of the country's youth. The State of Burkina Faso has only too limited control over the artisanal mining of gold. From the case of Sanmatenga province, in the north-central part of the country, this thesis tries to show that the activity of gold panning, which appears for a few years as a means of adapting to the crisis in rural areas, has profound repercussions on the relationships of populations to resources and territories. Indeed, this activity is accompanied on the one hand by irreversible effects on the physical and human environment in the said province (pollution, reduction of the agricultural labor force, child labor, etc.). On the other hand, the positive effects of gold panning are manifested by (the inversion of migratory flows, urbanization from below, the development of commercial activities, etc.). Since 2015, there has been an attempt to reorganize the gold washing activity by setting up a public agency. Despite the establishment of this public agency called "national agency of supervision and mining artisanal and semi mechanized" (ANEEMAS) for the regulation of gold panning, the State seems to have erased. The asymmetry of power relations that characterizes the activity generates tensions in its regulation. The analysis of changes related to gold washing is based on field data collected mainly from qualitative and quantitative surveys in the localities involved in our research. Thus this thesis is articulated around three parts. The first part deals with gold panning and Burkinabe territory: inheritances and contemporary dynamics. The second part deals with the ambivalence effects of gold panning and the third part deals with the regulation and power relations that are built around gold washing activity