La traversée de rue : anticipation chez le piéton âgé et perturbation de l'initiation / Delphine Caffier ; sous la direction de Janick Naveteur et de Franck Barbier

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Piétons

Sécurité routière et personnes âgées

Personnes âgées

Marche (locomotion) -- Chez la personne âgée

Naveteur, Janick (Directeur de thèse / thesis advisor)

Barbier, Franck (1964-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Brouillet, Denis (1953-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Collet, Christian (1960-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Nicol, Caroline (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Dommes, Aurélie (1978-....) (Membre du jury / opponent)

Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis (Valenciennes, Nord ; 1970-2019) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Sciences pour l'ingénieur (Lille) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Laboratoire d'automatique, de mécanique et d'informatique industrielles et humaines (Valenciennes, Nord ; 1994-....) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Communauté d'universités et d'établissements Lille Nord de France (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Résumé / Abstract : Dans un contexte de vieillissement général de la population et de mise en place de politiques en faveur des transports actifs, la mobilité du piéton senior retient l’attention à la fois en tant composante du bien-vieillir mais aussi en tant que facteur de risque de chutes ou d’accidents. L’objectif global de cette thèse est d’améliorer les connaissances relatives aux risques potentiels, d’une part, ceux lié au positionnement en bord de rue avant une traversée et, d’autre part, les conséquences motrices d’une confrontation à un danger sur la voie proximale lors de l’initiation de la marche. La première étude a été réalisée en bord de rue. Comparativement à des jeunes adultes, certains piétons âgés ouvrent davantage le pied gauche vers l’extérieur, facilitant l’exploration de la voie proximale. L’étude en laboratoire des ressentis corporels montre que ce positionnement avec ouverture du pied gauche sollicite moins de rotation du cou mais un peu plus de rotation des hanches ; il donne également une meilleure sensation de stabilité. In situ, il a aussi été constaté que certains piétons âgés se positionnent plus en retrait du bord du trottoir. Tentant d’en préciser les causes, une étude en laboratoire révèle que des seniors dont la marche présente des signes de déclin moteur sous-estiment la longueur de leur premier pas, possiblement en raison d’une mise à jour insuffisante du modèle d’action interne. Modélisant la découverte tardive d’un véhicule à l’approche lors de l’initiation d’une traversée, deux autres études en laboratoire ont été menées sur l’incidence de la survenue latérale d’une stimulation émotionnelle conditionnée par la levée du talon. Des déplacements médio-latéraux compatibles avec un comportement de retrait sont décrits dans la première étude, pour les deux premiers pas et sans distinction d’âge. Repris chez des jeunes adultes avec une présentation plus tardive des stimulations (conséquence d’une marche plus rapide), les données font ressortir un comportement d’approche lors du second pas. Ce résultat est mis en lien avec une capture attentionnelle par les images émotionnelles et non plus un effet réactif probablement plus proche des réactions in situ. Si la littérature sur l’entraînement décisionnel chez le piéton âgé est peu concluante, la conscientisation des comportements critiques que nous observons en bord de rue pourrait être plus facile et donc plus efficace. En l’état, l’intérêt des données concernant l’impact des émotions sur l’initiation de la marche relève davantage de la recherche fondamentale. Les résultats capitalisés suggèrent des prolongements quelle que soit l’étude, mais aussi des pistes de valorisation méthodologique.

Résumé / Abstract : Résumé en anglais non disponible