Digital traces of climate risks : assessing the communication impact of Paris resilience strategy / Rosa Vicari ; sous la direction de Daniel Schertzer

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : anglais / English

Catalogue Worldcat

Temps (météorologie) -- Dans les médias

Données massives

Résilience (sociologie)

Schertzer, Daniel (19..-.... ; géophysicien) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Chavalarias, David (1975-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Ten Veldhuis, Marie-Claire (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Grandi, Roberto (journaliste) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Tchiguirinskaia, Ioulia (Membre du jury / opponent)

Bucchi, Massimiano (1970-....) (Membre du jury / opponent)

Solomatine, Dimitri P. (Membre du jury / opponent)

Université Paris-Est (2015-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Sciences, Ingénierie et Environnement (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne ; 2015-....) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Laboratoire Hydrologie Météorologie et Complexité (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Les pressions climatiques contribuent à la complexité des systèmes urbains, qui sont dotés de multiples fonctions et composantes en interaction. Le concept de résilience introduit une approche holistique qui englobe les composantes physico-environnementales et les composantes socioéconomiques de la ville. Cette thèse contribue au besoin actuel de forger ce lien dans l’étude des risques urbains liés aux aléas du climat. En particulier, la thèse tente de répondre à la question suivante : comment évaluer l’impact des discours sociaux sur la résilience urbaine?L’approche de la résilience consiste à surmonter la fragmentation dans la gestion des risques, en créant des synergies entre les acteurs. C’est un défi qui souligne l’importance de la "construction sociale de la réalité" : une dimension spécifique de la ville, qui correspond aux perceptions et aux attitudes de la communauté urbaine vis-à-vis d’un problème ou d’une solution. La définition d’indicateurs de communication pertinents permettrait de recueillir des données significatives sur ces perceptions et d’évaluer de leur impact sur la résilience.À partir de ces prémisses, cette thèse développe de nouveaux indicateurs de communication. Ces indicateurs ont été conçus et testés en région parisienne pour étudier les processus de communication qui caractérisent les stratégies locales de résilience aux risques climatiques.La première partie de cette étude s’articule autour des actions de communication mises en œuvre à Paris par les autorités locales, nationales et internationales, dans le cadre de stratégies de résilience aux inondations. Des variables de communication récurrentes et significatives ont été identifiées et utilisées pour définir des indicateurs de communication.Certains de ces indicateurs ont ensuite été testés. Dans une première série d’expériences, nous avons fait recours à des méthodes de recherche habituellement adoptées dans le domaine du SIA (Social Impact Assessment). Des techniques d’exploration de big data non structurés (text-mining avancé et représentation de réseaux complexes) ont été employées dans une deuxième série d’expérimentations.Les expériences d’évaluation de type SIA (veille médiatique, un questionnaire et des entretiens) ont été menées dans le cadre de la stratégie de communication de Interreg NWE IVB RainGain, un projet européen sur la résilience aux inondations en milieu urbain.L’impact de la communication a été analysé en termes quantitatifs (fréquence des actions de communication et audience) et qualitatifs (transfert de connaissances et de réduction de la perception du risque). L’évolution temporelle des impacts et la corrélation avec un autre facteur de résilience (météo) ont été également examinées.Les expériences basées sur le text-mining et la représentation de réseaux ont permis d’analyser les réseaux sociosémantiques qui sous-tendent les communications numériques.Quatre corpus de textes ont été extraits du Web : tweet et articles de presse concernant la crue de la Seine de 2016 et les inondations dans les Alpes-Maritimes de 2015; des documents institutionnels sur la gestion du risque de crue en région parisienne, publiés entre 2003 et 2017.L’analyse de ces corpus a été réalisée à l’aide de logiciels open source (Gargantext, Gephi), à travers plusieurs étapes : extraction de centaines de mots clés; représentations de réseaux à partir des cooccurrences de mots clés; visualisation de clusters basée sur une matrice d’adjacence; analyse quantitative des nœuds et des arêtes. Ceci a permis de détecter les thématiques et les acteurs les plus centraux, ainsi que les connexions fréquentes et les communautés de thématiques et acteurs qui caractérisent les discours médiatique et politique.En comparant les quatre corpus, il a été possible d’observer comment ces structures évoluent dans le contexte de deux événements météorologiques distincts, dans le court terme et dans le long terme.

Résumé / Abstract : Climate pressures contribute to the complexity of urban systems that have multiple functions and interacting components. The concept of resilience introduces a holistic approach, embracing both the physical environmental and the socio-economic components of cities. This thesis contributes to the current need to forge this link when studying climate-related risks in urban areas. More specifically, it attempts to answer the question: how can we assess the impact of communication on urban resilience?‘Resilience thinking’ involves overcoming fragmentation in risk management, by creating synergies among stakeholders. It is a challenge that illustrates the importance of the ‘social construction of reality’: a specific dimension of the city that corresponds to the perceptions and attitudes of the urban community regarding an issue or solution. Identifying relevant communication indicators is a prerequisite to collecting meaningful data on stakeholder views and evaluating their impact on resilience.With these premises in mind, the thesis proposes new communication indicators. These indicators have been created and tested in the context of the Paris region to investigate the communication processes that underlie local climate resilience strategies.The first part of this study revolves around the communication actions implemented in Paris by local, national and international authorities in the framework of flood resilience strategies. Recurrent and relevant communication variables have been identified and used as a basis to outline communication indicators.Some of these indicators have then been tested. A first series of experiments are based on research methods that are usually adopted by SIA (Social Impact Assessment) experts. Exploration techniques of unstructured big data (advanced text mining and complex network representation) have been used for a second set of experiments.The experiments based on SIA techniques (press coverage monitoring, a questionnaire and interviews) have been carried out in the framework of the communication strategy of Interreg NWE IVB RainGain, a European project on urban flood resilience.Communication impact has been evaluated in both quantitative (frequency of communication activities and audience size) and qualitative terms (knowledge transfer and risk perception reduction). Impact evolution over time and correlations with another resilience driver (weather hazards) have been also addressed.The experiments based on text mining and network representation have resulted into an analysis of the socio-semantic networks that underlie digital communications.Four corpora of texts have been extracted from the Web: tweets and press news covering the Seine River flood of 2016 and the Alpes-Maritimes flood of 2015; public authorities’ documents on flood risk management in the Paris region, released from 2003 to 2017.The analysis of the corpora was supported by open source software (Gargantext and Gephi) and it has involved several steps: extraction of hundreds of key terms; network representations based on key term co-occurrences; cluster visualisation based on adjacency matrix; quantitative analysis of the nodes and edges. This has allowed appraising the most prominent topics and actors, as well as frequent connections and clusters of topics and actors that characterise the media and political debates.Through a comparison of the four corpora, it has been possible to observe ho these patterns change in the context of two different extreme weather events, in the short-term and in the long-term.