Identification des marqueurs moléculaires impliqués dans la résistance de Plasmodium falciparum à la pipéraquine / Francis Foguim Tsombeng ; sous la direction de Bruno Pradines et de Sharon Wein

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Langue / Language : anglais / English

Catalogue Worldcat

Artémisinine

Protéine-1 de surface du mérozoïte -- Dissertation universitaire

Paludisme -- Dissertation universitaire

Techniques in vitro -- Dissertation universitaire

Artésunate -- Dissertation universitaire

Pradines, Bruno (1967-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Wein, Sharon (1976-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Ranque, Stéphane (1965-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Marty, Pierre (1954-.... ; médecin) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Millet, Pascal (1957-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Aix-Marseille Université (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Ecole Doctorale Sciences de la Vie et de la Santé (Marseille) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

France. Institut de recherche biomédicale des armées (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Vitrome (Marseille) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Méditerranée Infection (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : La résistance à la pipéraquine et les échecs cliniques à la dihydroartémisinine-pipéraquine en Asie du Sud Est alertent sur les risques pour l'Afrique. Le marqueur moléculaire de l'artémisinine (mutations K13) permet d'étudier la résistance dans cette région. Pour la pipéraquine, l'amplification du nombre de copies du gène de la plasmepsin 2 (pfpm2) a été identifié comme potentiel marqueur de résistance en Asie. Par ailleurs des mutations sur le gène pfcrt étaient aussi associées à la résistance à la pipéraquine. En Afrique où ce médicament est actuellement utilisé, il était intéressant d'étudier ces gènes.L'analyse moléculaire du paludisme de voyageur n'a révélé aucun échantillon ayant plusieurs copie de ce gène, y compris les parasites ayant une sensibilité in vitro réduite à la pipéraquine. l'analyse du gène pfcrt sur un ensemble de 602 échantillons de voyageurs n'a révélé aucune des mutations décrite dans la résistance à la pipéraquine. Par ailleurs, la mutation I356T a été retrouvée sur 54.7 % des échantillons, mais n'était pas associée à la résistance des parasites à la pipéraquine. A la suite de l'induction de la résistance in vitro à la pipéraquine de la souche de référence P. falciparum W2 et d'une souche de terrain P. falciparum C128, une diminution de la sensibilité de ces souches était observée. Ce phénotype de tolérance à de fortes concentration de pipéraquine (350-400n M) n'était cependant pas stable. L'analyse de ces souches au test de survie à la pipéraquine (PSA) a révélé que ces parasites étaient toutes sensibles à la pipéraquine après 47 semaines de culture sous pression. Le séquence du gène pfcrt sur ces souches n'a révélé aucune mutation.

Résumé / Abstract : Piperaquine resistance and clinical failures to dihydroartemisinin-piperaquine in South East Asia warns about existing risks for African continent. The molecular marker of artemisinin (K13 mutations) is currently used to study resistance in this region. Likewise, for piperaquine, the amplification of plasmepsin 2 gene (pfpm2) copy was identified as a potential resistance marker for piperaquine in Asia. In addition, mutations on the pfcrt gene were also associated with resistance to piperaquine. In Africa where this drug is currently used, it was interesting to study these genes and their effect on piperaquine sensibility.Molecular analysis of malaria in travelers did not reveal sample with multiple copies of this gene, including parasites with reduced in vitro sensitivity to piperaquine. analysis of the pfcrt gene on a set of 602 traveler samples revealed none of the mutations described in the piperaquine resistance. However, the mutation I356T was found in 54.7% of the samples analyzed, but was not associated with in vitro resistance of parasites to piperaquine.At the end of the induction of in vitro resistance to piperaquine experiment in which the reference strain P. falciparum W2 and the field strainP. falciparum C128 were cultured un piperaquine exposure, a decrease in the sensitivity of these strains was observed. This tolerance phenotype at high concentrations of piperaquine (350-400nM) however, was not stable. The analysis of these strains with the piperaquine survival assay (PSA) revealed that these parasites were all sensitive to piperaquine after 47 weeks of culture under piperaquine pressure. Sequencing the pfcrt gene on these strains revealed no mutation.