Didactique clinique de l'écriture de fiction en lycée professionnel : division du sujet et conversion didactique dans l'apprentissage / Sandra Cadiou ; sous la direction de Marie-France Combis-Carnus et de Michel Grandaty

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Français (langue) -- Étude et enseignement (secondaire)

Écriture -- Étude et enseignement

Combis-Carnus, Marie-France (1955-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Grandaty, Michel (Directeur de thèse / thesis advisor)

Brossais, Emmanuelle (1964-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Rinaudo, Jean-Luc (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Delcambre, Isabelle (1948-.... ; linguiste) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Buznic-Bourgeacq, Pablo (1982-....) (Membre du jury / opponent)

Université Toulouse-Jean Jaurès (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Comportement, Langage, Éducation, Socialisation, Cognition (Toulouse) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Éducation formation travail savoirs (Toulouse) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : On reconnait aisément dans l’écriture un investissement personnel de l’élève. C’est avec la Didactique Clinique (Carnus, Terrisse, 2013) que j’ai souhaité interroger l’apprentissage de l’écriture de la fiction en lycée professionnel. Ce cadre théorique repose sur l’hypothèse de l’inconscient freudien, et considère le sujet comme singulier, assujetti et notamment divisé. En effet la division du sujet, fruit de l’entrée dans le langage, serait précisément ce qui ferait moteur dans cette écriture et donc son apprentissage. Ainsi je me demande s’il y a un investissement de nature psychique en lien avec la division du sujet dans l’apprentissage de l’écriture de fiction, et si oui, comment il s’articule avec le savoir-écrire , autrement dit en quoi il y aurait aussi une conversion didactique chez le sujet-élève, comme il y en a chez le sujet-enseignant (Buznic-Bourgeacq, 2005). J’observe quatre élèves : Soleil, Nicolas, Blow et Luc durant une séquence « écrire une nouvelle à chute » en classe de français. Les constructions de cas de chacun d’entre eux tendent à montrer un investissement psychique, en lien avec la division du sujet dans l’apprentissage de l’écriture.

Résumé / Abstract : We assume that there is a personal investment of pupils when they write. Basing on the clinical didactics approach, I question the learning of writing fiction in vocational high schools. This theoretical framework is based on the hypothesis of Freud’s unconscious mind and it considers the subject to be singular, liable to subjection and divided. In fact, the division of the subject, the result of their entry into language, is probably a guiding impulse in the process of writing and, therefore, of its learning. My work questions the existence of a psychic investment of pupils, in connection with their division, when they learn to write fiction. If such division exists, I want to shed light on its relationship with the know-how to write and thereby assert the existence of a didactic conversion, just like such a phenomenon is also noticeable with the subject-teacher (Buznic-Bourgeacq, 2005).I observed four pupils : Soleil, Nicolas, Blow and Luc, during the sequence “write a short story with a surprising ending " in a French class. The case constructions that I built for each one would show a psychic investment in relation to the division of the subject.