Policy of Hungary towards Czechoslovakia in 1918–1936 / Aliaksandr Piahanau ; sous la direction de Jean-Marc Olivier et de Jean-François Berdah

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : anglais / English

Catalogue Worldcat

Relations extérieures -- Hongrie -- 1918-1945 -- Tchécoslovaquie -- 1900-1945

Relations extérieures -- Tchécoslovaquie -- Hongrie -- 1900-1945

Olivier, Jean-Marc (1961-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Berdah, Jean-François (1961-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Gradvohl, Paul (Président du jury de soutenance / praeses)

Ferenčuhová, Bohumila (1947-...) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Hornyák, Árpád (1971-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Leclerc, Hélène (1976-....) (Membre du jury / opponent)

Université Toulouse-Jean Jaurès (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Temps, Espaces, Sociétés, Cultures (Toulouse) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

France Amériques Espagne - Sociétés, pouvoirs, acteurs (Toulouse) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : L’éclatement de l’Autriche-Hongrie en un ensemble des nouvelles nations en 1918 constitue un événement clé dans l’historiographie de l’Europe centrale. Cette thèse porte sur les relations bilatérales entre deux Etats « nouveau nés » – la Hongrie et la Tchécoslovaquie. Elle se concentre plus particulièrement sur la politique extérieure hongroise et sur les perceptions, motivations et décisions du gouvernement hongrois et de ses différents organes politiques vis-à-vis de la République tchécoslovaque. Cette thèse questionne l'historiographie dominante qui décrit les relations entre Budapest et Prague dans l’entre-deux-guerres à travers le prisme de leur conflit territorial sur la Slovaquie et la Ruthénie – deux provinces hongroises annexées par la Tchécoslovaquie en 1918–1919. Cette recherche confirme que les élites hongroises et les cercles gouvernementaux espéraient récupérer ces territoires, mais elle démontre aussi que Budapest s’est efforcé d'éviter un conflit ouvert avec Prague, considérant que la Tchécoslovaquie était plus peuplée, industrialisée, militarisée et avait plus d'alliances internationales que la Hongrie. A partir des sources primaires principalement en hongrois et en tchèque, mais aussi en slovaque, en français et en anglais, trouvées dans les archives de Budapest et de Prague et dans des ouvrages publiés, cette thèse soutient que le gouvernement hongrois envisageait sérieusement de développer la coopération politique, économique et internationale avec Prague dans les années médianes de l'entre-deux-guerres. Cette thèse est organisée en cinq parties. Quatre périodes se distinguent: l’après-guerre (1918-21, part. 2), les années 20 (1922-1930, part. 3), le début des années 30 (1931-36, part. 5). La première partie traite des sources et de l'historiographie, tandis que la partie 4 s’intéresse plus en détails aux liens de l'opposition démocratique hongroise avec Prague en 1919–1932.

Résumé / Abstract : The replacement of Austria-Hungary by series of new nations in 1918 is a key event in the historical reflections in Central Europe. This thesis deals with the bilateral relations between two "new born" states - Hungary and Czechoslovakia.This thesis pays special attention the topic of the foreign policy of Hungary, by exploring the perceptions, motives, and the decisions that the government of Budapest and its different political bodies expressed in regard to the Czechoslovak Republic. This thesis aims to challenge the mainstream historiography which portrays the Budapest-Prague relations between the two World Wars through the prism of the territorial dispute over Slovakia and Ruthenia, two Hungarian provinces that were annexed by Czechoslovakia in 1918–1919. This research confirms that the Hungarian elites and the governmental circles were indeed unsatisfied with the loss of these two regions. However, the historiography has over-estimated the impact of territorial dispute on the practical and every day political attitudes and the decision making process in Budapest. This thesis claims that the Hungarian government tended to avoid open conflicts with Prague, considering that Czechoslovakia was more populous, industrialized, militarized and had more international alliances than Hungary. Analyzing primary sources mainly in Hungarian, and Czech, but also in Slovak, French and English, found both in the archives in Budapest and Prague and in published versions, this thesis argues that the government of Hungary seriously considered developing political, economic and international cooperation with Prague in the middle years of the Interwar. This thesis is organized into five parts. The opening part deals with the sources and the historiography. Part 2 examines the Hungarian policy on Czechoslovakia in 1918–1921. Part 3 tackles the Budapest-Prague relations between 1922 and 1930. Part 4 portrays the connections of the Hungarian democratic opposition with Prague in 1919–1932. Part 5 uncovers the changes of the foreign policy of Hungary towards Czechoslovakia in 1931–1936.