Les réécritures théâtrales au XVIIIe siècle : copies des grands modèles classiques, jaillissement des parodies, tentation de la suite théâtrale / Milos Avramovic ; sous la direction de Jean-Jacques Tatin-Gourier

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Molière -- 1622-1673 -- Influence

Théâtre (genre littéraire) français -- 18e siècle

Intertextualité

Imitation (littérature)

Parodie (littérature)

Tatin-Gourier, Jean-Jacques (Directeur de thèse / thesis advisor)

Zapata, Mónica (1956-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Lohka, Eileen (1953-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Lehdahda, Mohamed (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Bogojević, Dragan (1965-....) (Membre du jury / opponent)

Université de Tours (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Humanités et Langues (Centre-Val de Loire) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Interactions culturelles et discursives (Tours) (Equipe de recherche associée à la thèse / thesis associated research team)

Résumé / Abstract : La question de la réécriture du théâtre au XVIIIe siècle implique tout d’abord une réflexion sur le statut de l’œuvre littéraire à une époque où les droits d’auteur au sens où nous l’entendons aujourd’hui n’étaient pas reconnus et où le respect scrupuleux de la lettre des textes publiés n’était pas une obligation. Les auteurs postclassiques construisent en effet leur esthétique dramaturgique d’après la dramaturgie des auteurs de l’époque de Louis XIV. Ce processus relève principalement de leur ambition d’atteindre la réputation de Molière, de Racine et de Corneille. Une situation identique se produit aussi chez les auteurs des suites théâtrales du Mariage de Figaro de Beaumarchais. Par toutes ces caractéristiques, le théâtre du XVIIIe siècle représente sans doute une prolongation du théâtre du siècle précédent. Néanmoins, les éléments novateurs se profilent à travers les pièces des auteurs de l’époque. Ces éléments contribuent en même temps à la prise de distance avec la dramaturgie classique qui (la prise de distance) se développera progressivement. Par exemple, les successeurs de Molière, avec Marivaux au premier rang, semblent amplement influencés par la dramaturgie de l’auteur du Tartuffe et du Misanthrope. Cependant, pour ces dramaturges, le théâtre de Molière ne fut qu’un modèle permettant la constitution de leur propre esthétique théâtrale. Presque chaque auteur comique du XVIII siècle apporte une dimension novatrice personnelle et originale. Cette étude devrait donc permettre d’établir une typologie des réécritures théâtrales au XVIIIe siècle.

Résumé / Abstract : The problem of theatrical rewritings in the 18th century, i.e. the imitations of the great classics is primarily related to the thought of a literary work status in the period in which the authorship rights (in the form known nowadays) were not founded. Namely, in the 18th century there was no obligation as to the respect of author’s rights to any published work. Postclassical authors modelled their dramaturgical aesthetics after the dramaturgy of the authors of the time of Louis XIV. This process is mainly due to their ambition to rival the reputation of Molière, Racine and Corneille. An identical situation also occurs among the authors of the theatrical sequels of the Marriage of Figaro by Beaumarchais. By ail these characteristics, the theater of the eighteenth century probably represents an extension of the theater of the previous century. Nevertheless, the innovative elements are profile in the plays of the authors of the time. At the same time these elements contribute to the detachment from classical dramaturgy which (detachment) will develop gradually. For example, Molières successors, with Marivaux in the forefront, seem to be heavily influenced by the dramaturgy of the author of Tartuffe and Misanthrope. However, for these playwrights, the theater of Molière was only a model allowing the constitution of their own theatrical aesthetics. Almost every comedy playwright of the eighteenth century introduces a personal and original innovative dimension. This study should therefore make it possible to establish a typology of theatrical rewritings in the 18th century.