Tendances de la population scolaire et efficacité interne du système éducatif au Congo Brazzaville / Epiphane Mboko ; sous la direction de Bernard-Marie Grossat

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Éducation -- Congo (République)

Éducation -- Aspect démographique -- Congo (République)

Classification Dewey : 300

Grossat, Bernard-Marie (19..-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Cosío-Zavala, María-Eugenia (1945-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Pilon, Marc (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale de Géographie de Paris. Espace, sociétés, aménagement (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Institut de démographie (Paris). Centre de recherche (Equipe de recherche associée à la thèse / thesis associated research team)

Résumé / Abstract : Depuis plusieurs décennies, l’éducation (scolaire) est présentée dans les discours officiels comme la solution aux problèmes de population et de développement des nations et des peuples. C’est dans cette optique que le Congo a nationalisé son système éducatif en 1965 en le rendant gratuit et obligatoire pour tout enfant vivant sur le territoire national. Cette nationalisation de l’enseignement a eu pour conséquences directes, une évolution rapide des effectifs scolaires et une élévation du niveau de scolarisation de la jeunesse congolaise. L’analyse de cette population reste difficile à mener à cause de l’insuffisance de l’information statistique. Les données disponibles montrent que cette massification du système d’enseignement accentuée par la poussée démographique des dernières décennies, a engendré un certain nombre des maux qui sont aujourd’hui associés à l’école congolaise (classes surchargées, ratio élèves/maîtres très élevés, budgets alloués à l’enseignement assez faibles …etc.), pour cause, la démocratisation du système d’enseignement s’est faite sans se préoccuper des capacités et des conditions d’accueil, et des moyens d’encadrement nécessaires à son bon fonctionnement. Très vite, le système d’enseignement congolais va connaître une baisse de son efficacité interne qui se traduit par des faibles proportions d’entrants scolaires atteignant la dernière classe du cycle ou le terminant, des taux de redoublement et d’abandon très élevés, un coefficient d’efficacité faible qui ne permet pas de sortir plus de la moitié des élèves du cycle avec un diplôme. Une situation de crise de l’école que les instances en charge de l’éducation doivent rapidement améliorer afin d’augmenter les chances de réussite des jeunes dans la perspective d’un meilleure parcours scolaire.

Résumé / Abstract : For decades, education (academic) has been introduced in official speeches as the solution to population problems and the development of nations and people. It is in this sense that the Congo nationalized its educational system in 1965 making it free and mandatory for every child living in the country. This education nationalization has had a direct consequence including a tremendous increase in academic staff and an increase in the education level on of the Congolese youth. The analysis of this population remains difficult to undertake because of the lack of statistical information. The available data show that this massification in the education system stressed by the demographic outbreak of these last decades, has created several problems which are associated today with the Congolese school (overcrowded classes, high teachers/students ratio, little budgets allocated to education…etc.), owing to, the democratization of the education system without concern of receiving capacity and condition, and the necessary means of management for its proper functioning. In this respect, the Congolese education system will experience low internal efficiency leading to low school enrollment rates from the firsy cycle to the last, high repetition and dropout rates, a low efficiency coefficient which doesn’t enable t half of the pupils to have a certificate at the of the cycle. A school crisis situation that the authorities in charge of education, should quickly improve in order, to increase the chances of succeeding for young people in the prospect of a better academic process.