Stéroidogénèse anormale et statut anti-angiogénique au cours de la prééclampsie, utilisation potentielle comme biomarqueurs / Nadia Berkane ; sous la direction de Michaël Schumacher et de Nathalie Chabbert-Buffet

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Aromatase

Placenta

Pré-éclampsie -- Dissertation universitaire

Oestrogènes -- Dissertation universitaire

Progestérone -- Dissertation universitaire

Récepteur-1 au facteur croissance endothéliale vasculaire -- Dissertation universitaire

Retard de croissance intra-utérin -- Dissertation universitaire

Spectrométrie de masse -- Dissertation universitaire

Schumacher, Michaël (19..-.... ; directeur de recherche INSERM) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Chabbert-Buffet, Nathalie (1963-.... ; endocrinologue) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Young, Jacques (Président du jury de soutenance / praeses)

Guibourdenche, Jean (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Tsatsaris, Vassilis (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Darragi-Ravel, Nadège Célia (1968-....) (Membre du jury / opponent)

Plotton, Ingrid (1970-....) (Membre du jury / opponent)

Université Paris-Saclay (2015-2019) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Signalisations et réseaux intégratifs en biologie (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne ; 2015-....) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Petites Molécules de neuroprotection, neurogénération et remyélinisation (Le Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne ; 2015-2019) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Université Paris-Sud (1970-2019) (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Résumé / Abstract : Résumé : Le sFlt1 semble être un bon marqueur de la prééclampsie (PE). Nous avons évalué dans le cadre d’un essai randomisé contrôlé (MOMA), l’impact sur l’issue de grossesse d’un suivi rapproché de femmes identifiées comme « à risque » par un taux élevé de sFlt1 plasmatique entre 24 et 29 SA. Dans cet essai 939 nullipares ont été incluses en 2 bras (sflt1 connu ou non connu). Nos résultats ne montrent pas d’amélioration de l’issue de grossesse et suggèrent que l’inefficience de l’intervention (suivi rapproché) en est la cause la plus probable. Aussi la mesure du sFlt1 pour prédire la survenue d'une PE ne semble pas utile tant qu’un traitement efficace n’est pas à disposition. Des anomalies de la stéroïdogénèse placentaire ont été retrouvées associées à la PE. 90 échantillons issus de la cohorte MOMA répartis en trois groupes (25 PE, 25 retard de croissance intra utérin (RCIU) sans PE et 40 contrôles) ont été utilisés pour évaluer le profil stéroïdes par la technique fiable de GC/MS (entre 24 et 29 SA) - soit avant les signes cliniques -. Nous avons mis en évidence dans le groupe PE un défaut d'aromatisation des androgènes par le calcul du ratio estradiol/Δ4-Dione (sang) et un défaut d’expression de l’aromatase (placenta). Tout comme les taux significativement bas de sulfate de prégnénolone retrouvés, ce défaut d’aromatisation semble spécifique de la PE car ils n’ont pas été observés dans le groupe RCIU. Ces modifications s'inscrivent dans une dérégulation du profil stéroïdien global. Nous avons en effet observé dans les groupes PE et RCIU, un excés de 20α-dihydro-progestérone (20α-DHP) et un ratio 20α-DHP/Progestérone significativement élevé. Les stéroïdes sexuels partagent des voies de signalisation communes avec les facteurs angiogéniques, faisant inscrire aisément l’hypothèse « anomalies de la stéroïdogénèse » dans les concepts actuels de la physiopathologie de la PE. Les liens entre perturbations de la stéroïdogénèse et la prééclampsie sont discutés.

Résumé / Abstract : Abstract : sFlt1 appears to be a good biomarker of preeclampsia (PE). The impact on pregnancy outcomes of close monitoring of women identified as "at risk" at 24 and 29 weeks of gestation (weeks) by a high level of plasma sFlt1, was evaluated in a randomized controlled trial (MOMA). 939 nulliparous women were included in 2 arms (sFlt1 known or unknown). Our results do not show any improvement of pregnancy outcomes and suggest that the inefficiency of the intervention (close follow-up) is the most likely cause. Thus, routine sFlt1 screening to predict the occurrence of PE does not seem useful until effective treatment is available. Abnormalities of placental steroidogenesis have been associated with PE. 90 samples from the MOMA cohort divided into three groups (25 intra-uterine growth retardation (IUGR) without PE, 25 PE and 40 controls) were used to assess by the reliable GC / MS technique, the steroid profile (between 24 and 29 weeks)before the development of clinical signs. In the PE group, we showed abnormal androgen aromatization, by calculating the estradiol/Δ4-Dione ratio (blood), and a lack of expression of placental aromatase. Similarly to the significantly low levels of pregnenolone sulfate found, this lack of aromatization seems specific to PE as they are not found in the IUGR group. These modifications are part of a deregulation of the overall steroid profile. In the PE and IUGR groups, we observed an excess of 20α-dihydroprogesterone (20α-DHP) and a significantly high 20α-DHP/Progesterone ratio. Sex steroids share common signaling pathways with angiogenic factors which easily integrate the "steroidogenesis abnormalities" hypothesis in the current concepts in the pathophysiology of PE. Links between disturbances of steroidogenesis and preeclampsia are discussed.