Le dialogisme urbain : de l'usage tacite des espaces publics aux formes d'appropriation narrative et affective de la ville / Julien Thiburce ; sous la direction de Pierluigi Basso Fossali

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Cultures urbaines (culture populaire)

Guides touristiques et de visite

Linguistique descriptive

Classification Dewey : 400

Basso Fossali, Pierluigi (1969-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Fontanille, Jacques (1948-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Dondero, Maria Giulia (1975-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Le Guern, Odile (Membre du jury / opponent)

Université de Lyon (2015-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Interactions, corpus, apprentissages et représentations (Lyon, Rhône) (Equipe de recherche associée à la thèse / thesis associated research team)

Université Lumière (Lyon) (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Résumé / Abstract : Cette recherche vise à montrer le passage de l’usage ordinaire des espaces publics à l’énonciation d’un récit de la ville où se réalise un engagement réel des acteurs sociaux dans le projet partagé d’une urbanité en devenir. Au-delà d’une pure préoccupation esthétique, le dialogisme urbain répond à la centralité de la ville comme lieu privilégié de l’élaboration des enjeux sociaux. En s’intéressant aux modalités d’appropriation de l’espace urbain durant des balades urbaines guidées, nous verrons en quoi elles constituent un rôle de catalyseur d’un déconditionnement pour les participants dans leur rapport à la ville. Le projet suit ainsi trois perspectives d’investigation. Il y a d’abord le passage de l’hétérogénéité pure des styles urbains – entre le bâtiment classé au patrimoine institutionnel et l’anomie du terrain vague – aux entrelacements dialogiques entre esthétiques en compétition. Nous pourrons ainsi cerner l’interaction des langages, la cohabitation de formes institutionnelles et d’expressions plus individualisées et temporaires, exprimées par une citoyenneté changeante. Ensuite, il s’agit d’observer la transformation des itinéraires fonctionnels aux déplacements selon des parcours électifs qui choisissent des passages par des éléments caractéristiques, permettant une prise affective à chaque fois renouvelée de la ville.Enfin, cette étude constitue une analyse ne se limitant pas à une taxonomie des pratiques. Elle cherche plutôt à rendre compte des gestions du sens dans l’interaction. Une forme d’interaction où l’appropriation de la ville et de ses objets n’est plus seulement intime, mais observable parce qu’explicite, socialisée et attestée par l’expérience.

Résumé / Abstract : This research study aims to show the transition from the ordinary use of public spaces to the enunciation of a city narrative in which the social actors are committed in the shared project of an urbanity in the making. Beyond a pure aesthetic preoccupation, the urban dialogism responds to the centrality of the city as a privileged space for the elaboration of social issues. By focusing on the appropriation of urban space during guided urban walks, we will see how they constitute a catalyst for deconditioning participants in their relationship to the city. This research project thus follows three investigation perspectives.First, there is the transition from the pure heterogeneity of urban styles – from a building classified as institutional heritage to the anomie of a vacant lot - to the dialogical interplay between aesthetics in competition. We will be able to understand the interaction of languages, the cohabitation of institutional forms and more individualized and temporary statements, expressed by an ever-changing citizenship picture.Then, it is a question of observing the transformation of the functional itineraries to the displacements according to elective courses going through characteristic elements, allowing an ever-renewed affective grip on the city.Finally, this study constitutes an analysis that is not limited to a taxonomy of practices. Rather, it seeks to account for the management of meaning in interaction - a form of interaction where the appropriation of the city and its objects is not only intimate, but observable because explicit, socialized, and attested by experience.