Approche de la complexité des risques sanitaires hydriques dans les quartiers précaires d'Antananarivo : la notion de contexte à l'épreuve des pratiques et représentations citadines / Carole Ognard ; sous la direction de François Taglioni et de Catherine Fournet-Guérin

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Géographie médicale -- Madagascar (île) -- Antananarivo (Madagascar)

Quartiers pauvres -- Madagascar (île) -- Antananarivo (Madagascar)

Géographie (discipline) -- Méthodes statistiques

Qualité de l'eau -- Madagascar (île) -- Antananarivo (Madagascar)

Risques pour la santé -- Madagascar (île) -- Antananarivo (Madagascar)

Taglioni, François (19..-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Fournet-Guérin, Catherine (1972-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Brou, Yao Télesphore (1967-...) (Président du jury de soutenance / praeses)

Fleuret, Sébastien (1973-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Tran, Annelise (1976-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Université de la Réunion (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Lettres et sciences humaines, Droit économie gestion, Sciences politiques (Saint-Denis, La Réunion) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Océan Indien espaces et sociétés (Saint-Denis, Réunion) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : L’étude géographique des risques sanitaires hydriques à Antananarivo, capitale métropolitaine de Madagascar, pays tropical et au niveau de développement faible, s’articule à travers les conditions d’accès à la ressource, l’évaluation de la qualité de l’eau distribuée mais également à travers les pratiques domestiques accomplies jusqu’à sa consommation. Cette thèse cherche à illustrer via le déterminant hydrique combien les questions au croisement de la santé et de l’environnement sont, dans un milieu urbain en développement, des questions complexes. Cette complexité est engendrée par les différentes composantes du système pathogène à intégrer et les relations entre elles. À Antananarivo, nos analyses montrent que les disparités de santé en matière de risques hydriques sont le reflet d’une configuration sociale dichotomique héritée entre ville basse et ville haute et donc fortement imprégnée par les représentations. Comprendre les mécanismes à l’origine de ces disparités de santé, conduit à interroger les milieux de vie comme facteur risque, ici les quartiers précaires d’Antananarivo. Ces lieux sont soumis à des effets qui sont identifiés dans la littérature comme des effets de contexte (relatifs aux caractéristiques du territoire) et des effets de composition (relatifs aux caractéristiques des individus). À Antananarivo, l’approche quantitative confirme la prédominance des effets de contexte sur les effets de compositions. Pourtant, notre travail de terrain à travers la démonstration des pratiques et des compétences citadines mises en œuvre par les populations pour pallier, notamment les défaillances des services urbains de santé, de l’eau et de l’assainissement, nuance cette vision statique et déterministe des territoires enquêtés. En accord avec de récentes publications, cette recherche avec les difficultés que peuvent représenter les études un milieu urbain en développement, soutient qu’il existe une relation plus complexe et rétroactive entre les pratiques des populations et les territoires et que cette relation est en perpétuelle évolution. Les individus par leurs pratiques s’approprient et modifient la configuration des territoires et inversement.

Résumé / Abstract : The geographical study of the health risks related to water in Antananarivo, metropolitan capital of Madagascar, a tropical country with a low level development, is articulated through the access conditions to the water resources, the evaluation of supplied water quality and the domestic practices performed until its consumption. This thesis seeks to illustrate via the hydric determinant how complex are the issues at the intersection of health and environment in an urban developing area. This complexity is due to the integration of the various components of the pathogenic system and the connections between them. In Antananarivo, our analyses show that the disparities of health as regards hydric risks are the reflection of a dichotomic social configuration inherited between the lower and the upper city and thus strongly impregnated by the social representations. To understand the mechanisms at the origin of these disparities of health, life environment in the precarious districts of Antananarivo is studied as a risk factor. These places are subjected to effects which are identified in the literature like contextual effects (relating to the characteristics of the territory) and compositional effects (relating to the characteristics of the individuals). In Antananarivo, the quantitative approach confirms the predominance of the contextual effects over the compositional effects. However, our fieldwork moderates this static and deterministic vision of the surveyed territories through the observation of the coping strategies developed by the populations to mitigate the failures of the urban services of health, water and sanitation. In agreement with recent publications, this research, argues that it exists a more complex and retroactive relation between the practices of the populations and the territories. This relation is in perpetual evolution. The individuals by their practices adapt and modify the configuration of the territories and conversely.