Analyse des modalités et de l'offre de dépistage du VIH et des IST en médecine générale et en CEGIDD en Seine-Maritime / David Vautrin ; sous la direction de Manuel Étienne

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Maladies sexuellement transmissibles

Maladies sexuellement transmissibles -- Prévention

Médecine générale

Dépistage

Infections à VIH

Étienne, Manuel (1974-... ; enseignant-chercheur en sciences du médicament) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Caron, François (1961-.... ; enseignant-chercheur) (Président du jury de soutenance / praeses)

Mauviard, Élisabeth (1958-...) (Membre du jury / opponent)

Université de Rouen Normandie (1966-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : Analyse des modalités et de l'offre de dépistage du VIH et des IST en médecine générale et en CEGIDD en Seine-Maritime / David Vautrin ; sous la direction de Manuel Étienne / , 2019

Résumé / Abstract : Dans un contexte de recrudescence des IST, le dépistage et la prise en charge des IST sont des éléments essentiels de la stratégie de lutte contre l’épidémie et de prévention, impliquant de nombreux acteurs. L’objectif de ce travail était d’évaluer l’offre et les modalités de dépistage et de prévention des IST en Seine-Maritime. Durant 3 mois, 400 médecins généralistes ont été sollicités pour répondre à un auto-questionnaire sur les modalités de dépistage et de prévention. Deux laboratoires de biologie privés ont été interrogés par entretien semi-directif portant sur les modalités de dépistage et des données épidémiologiques recueillies. Les modalités de dépistage d’un CeGIDD ont été décrites, et des données épidémiologiques recueillies. Parmi les 48 médecins généralistes ayant répondu à l’enquête, 79% semblaient connaître les populations « clés » les plus à risque d’IST. Mais peu considéraient l’appartenance à un groupe à risque comme un motif de dépistage. La part des dépistages ciblés, à l’initiative du médecin n’était que de 29%, bien moindre que les dépistages systématiques » ou à la demande du patient. Les modalités de dépistages pouvaient également être inadéquates, ne recherchant pas l’ensemble des IST (81%), ou selon des modalités inadaptées. Les laboratoires ne corrigeaient que partiellement les erreurs relevées dans les modalités de dépistage. Les outils de prévention récents, tels que PrEP, vaccination contre le Papillomavirus… n’étaient que partiellement connus ou employés. Le CeGGID touchait un public plus ciblé, se traduisant par un taux de positivité accru des prélèvements à la recherche de Chlamydiae trachomatis, mais avec un taux très faible de dépistage de l’infection par le VIH, incitant à mieux s’articuler avec les autres acteurs du dépistage. Une optimisation de l’offre de dépistage en direction de populations mieux identifiées comme à fort risque d’IST semblait recommandée, pouvant passer par des formations, initiale et continue, en médecine générale, et pouvant porter tant sur la capacité à aborder la santé sexuelle en médecine générale, que sur les modalités diagnostiques et les outils de prévention. Une meilleure articulation des dispositifs de dépistage entre eux, pour une meilleure adéquation entre les offres et les besoins des usagers, semblait également une piste d’amélioration, pour un dépistage mieux ciblé et plus efficace.