Le rôle de l'Italian Welfare League dans le processus d'intégration des italiens aux États-Unis – 1920-1965 / Catherine Baumal ; sous la direction de Marie-Christine Michaud

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Italiens -- Conditions sociales -- États-Unis -- 20e siècle

Italiens -- Acculturation -- États-Unis -- 20e siècle

Italiens -- Migrations -- États-Unis -- 20e siècle

Oeuvres de bienfaisance -- États-Unis -- 20e siècle

Classification Dewey : 305.850 73

Michaud, Marie-Christine (19..-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Feith, Michel (1966-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Le Jeune, Françoise (1967-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Ben Barka, Mokhtar (1953-) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Université de Bretagne Sud (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Arts, Lettres, Langues (Rennes) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Laboratoire Héritages et constructions dans le texte et l'image (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : En 1920, les émigrés italiens représentaient la communauté la plus importante de New York : trois-cent-quatre-vingt-onze mille individus dont la plupart vivaient misérablement dans des tenements surpeuplés. Leurs conditions de vie difficiles nécessitaient que l’on s’occupât d’eux. Parmi les organisations caritatives qui vinrent en aide à la communauté italienne newyorkaise se distingua l’Italian Welfare League (IWL). Cette association était unique car elle était exclusivement composée de femmes, ce qui était rare au début du 20ème siècle aux États-Unis. Par ailleurs, ces femmes étaient les épouses de prominenti, atout essentiel pour assurer le bon fonctionnement de leur association. Enfin, elles prirent position pour une intégration progressive des immigrés italiens, s’opposant au mouvement d’américanisation qui demandait l’assimilation forcée des étrangers. À travers l’analyse des activités de l’IWL de 1920 à 1965, année qui vit l’abolition des lois sur les quotas, notre thèse cherche à démontrer la cohérence de la politique menée par l’association : pouvait-elle participer à l’assimilation des Italiens immigrés tout en freinant le processus de déculturation qui en découlerait inévitablement ? Il s’agit d’analyser le rôle d’intermédiaire entre la société américaine et les Italiens que s’efforça de remplir l’IWL, notamment lorsque la situation socio-économique des Italiens (lors de leur installation et au moment de la Dépression) ou le contexte politique (la montée du fascisme et la Seconde Guerre mondiale) amplifièrent le rapport de force entre les Anglo- Américains et les étrangers. L’association fut alors partagée entre sa mission de bienfaisance à travers une meilleure intégration des immigrés italiens dans le système social de leur société d’accueil et son souhait de préserver l’italianité de ces hommes et de ces femmes.

Résumé / Abstract : The Italian community was the most important in New York in 1920: there were three hundred and ninety-one thousand Italian immigrants in the city. Most of them lived in overcrowded tenements and their miserable living conditions required assistance. Among benevolent organizations, which helped Italian immigrants, was the Italian Welfare League (IWL) established in 1920 in New York. This association was unique because it was exclusively composed of women - that was not common in those days. These women were married to prominenti, which gave them opportunities to manage successfully their association. Lastly, the IWL favored the immigrants’ progressive assimilation and was opposed to the American policy of Americanization of foreigners. Through the analysis of the Italian Welfare League activities from 1920 to 1965 (the year quotas laws were abolished), our thesis aims at demonstrating how coherent was the association’s policy: could the IWL take part in Italian immigrants’ assimilation and, at the same time, prevent them from losing their cultural identity? We have analysed the IWL’s intermediary role between American society and Italians that the association tried to fulfil especially when the Italians’ socio-economic situation (when settling in America or during the Great Depression) or the political context (the growth of Fascim and World War II) intensified the conflict of power between the Anglo-Americans and the foreigners. The IWL was torn between its benevolent mission through a better assimilation of Italian immigrants within the social system of their host society, and its desire to retain the italianity of these men and women.