Quels moyens pour la sécurité privée ? / sous la direction de Christophe Aubertin et Xavier Latour

Date :

Type : Livre / Book

Langue / Language : français / French

ISBN : 978-2-84934-378-4

EAN : 9782849343784

Sûreté -- Systèmes -- Droit

Services privés de sécurité -- Droit

Classification Dewey : 363.289

Aubertin, Christophe (Directeur de publication / publishing director)

Latour, Xavier (1970-.... ; juriste) (Directeur de publication / publishing director)

Centre d'études et de recherche en droit administratif, constitutionnel, financier et fiscal (Nice) (Organisateur de réunion / organizer of meeting)

Centre de droit des affaires et de gestion (Malakoff, Hauts-de-Seine) (1992-....) (Organisateur de réunion / organizer of meeting)

Collection : Droit de la sécurité et de la défense / [Paris] : Mare & Martin , 2016-

Résumé / Abstract : La 4e de couv. indique : "Le succès des missions, de plus en plus nombreuses, confiées à la sécurité privée dépend d’abord du professionnalisme de ceux qui l’assurent, et qui représentent le socle fondamental des activités privées de sécurité. Mais la réussite passe, aussi, par le choix judicieux comme par le bon usage des moyens employés. L’image du vigile dont la simple présence suffit appartient à une époque révolue. Les agents utilisent non seulement des moyens éprouvés tels que les armes, mais encore des technologies nouvelles de plus en plus sophistiquées. Ensemble de professions réglementées, les activités privées de sécurité sont soumises à un encadrement juridique strict. La puissance publique détermine les prérogatives des acteurs et leurs moyens d'action. Les dispositions relatives à l’armement, comme celles qui déterminent les pouvoirs de certains agents, montrent que l’environnement normatif est évolutif. La pluralité des intervenants (publics et privés) impose, quant à elle, des instruments de partenariat. Dans ce contexte, les moyens de la sécurité privée sont-ils adaptés aux missions ? Quelles sont les évolutions souhaitables ou envisageables ? Jusqu’où l’État est-il disposé à aller ?"