Écrire le folklore : subversions épistémiques chez Zora Neale Hurston et Toni Morrison / Carline Blanc ; sous la direction de Jean-Paul Rocchi

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Hurston -- Zora Neale -- 1891-1960 -- Folklore

Morrison -- Tony -- Folklore

Folklore -- Dans la littérature

Classification Dewey : 821

Rocchi, Jean-Paul (19..-.... ; angliciste) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Raynaud, Claudine (1953-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Michlin, Monica (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Dow, William E. (Membre du jury / opponent)

Kekeh-Dika, Andrée-Anne (Membre du jury / opponent)

Vettorato, Cyril (19..-....) (Membre du jury / opponent)

Université Paris-Est (2015-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2015-....) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre de recherche Littératures, savoirs et arts (Champs-sur-Marne, Seine-et-Marne) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : La thèse s’attache à démontrer comment l’utilisation du folklore, en tant que discipline et que matériau, agit de façon subversive dans les travaux de Zora Neale Hurston et Toni Morrison. Un questionnement autour du folklore (nature et origine des objets d’étude, délimitation et positionnement de la discipline) donne un nouvel éclairage sur des problématiques porteuses dans le domaine littéraire, comme la définition des identités ou la mise en place des relations de pouvoir. Une approche transdisciplinaire permet, en plus de convoquer différents champs du savoir, d’observer de quelle manière ils peuvent s’infléchir entre eux. Par son double statut d’anthropologue et d’auteure de fiction, Hurston incarne une relation d’interdépendance et de dialogue entre matériau littéraire et folklorique. Son œuvre polymorphe, qui entremêle fiction et folklore, langue vernaculaire et écriture poétique, met en relief des enjeux épistémologiques, politiques et littéraires centraux dans l’œuvre de Morrison et permettent de mieux comprendre sa construction d’un discours orienté vers la pluralité et la performance. L’oralité, dans sa relation avec la littérature, constitue le point d’entrée de la recherche. La dynamique de variation, centrale à toute étude de la tradition orale est largement utilisée dans ces œuvres et va dans le sens d’une esthétique de la plasticité et de la polyphonie. La seconde partie s’intéresse au surnaturel et à la croyance qui, dans leur prise en charge, fonctionnent comme outil de subversion par la revalorisation des « savoirs discrédités ». Le positionnement de Hurston dans l’évolution du folklore en tant que discipline encourage à reconsidérer l’appellation de réalisme magique pour les romans de Morrison. Enfin, la mise en place d’un système d’interprétations alternatives et de sous-textes concurrents, en particulier en relation à la religion et aux contes, promeut la pluralité des possibilités herméneutiques qui agit pour la réhabilitation de discours minorés par des discriminations de classe, de race, de genre et de statut institutionnel.

Résumé / Abstract : The present work seeks to demonstrate how the use of folklore, both as a discipline and as objects, leads to subversion in the works of Zora Neale Hurston and Toni Morrison. A questioning of folklore (nature and origin of the items, definition of the discipline) sheds new light on literary issues such as identity formation and assignation or power relationships. In a transdiciplinary approach that goes beyond using resources from separate fields, this study aims at assessing how much they modify one another. Because she was both an anthropologist and a fiction writer, Hurston embodies the interaction between literary and folkloric materials. Her polymorphic work blends fiction with folklore and vernacular with poetic language. The epistemological, political and literary issues it reveals are crucial to Morrison’s writing and allow a better understanding of her crafting of a discourse oriented towards plurality and performance. The study of the interplay between orality and literature shows that variation, central to the oral tradition, infuses the corpus, promoting plurality and polyphony. The second part focuses on beliefs and the supernatural: their endorsement challenges a hierarchical order by giving value back to « discredited knowledge. » Hurston’s positioning within folklore as a discipline and its evolution leads to a reexamination of the concept of « magical realism » used for Morrison’s novels. Finally, a system of alternate interpretation and competing subtexts, especially concerning religion and folktales, supports multiplicity in the interpretative possibilities and enables the rehabilitation of forms of discourse depreciated because of social, racial, gender and institutional discriminations.