Paroles folles dans la psychiatrie du XIXe siècle et du début du XXe siècle : histoire et épistémologie / Camille Jaccard ; sous la direction de Vincent Barras et de Jean-François Braunstein

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Psychiatrie -- Histoire -- 19e siècle

Psychiatrie -- Histoire -- 20e siècle

Psychothérapie

Troubles du langage

Classification Dewey : 150

Classification Dewey : 616.891

Classification Dewey : 616.855

Barras, Vincent (1956-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Braunstein, Jean-François (1953-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Berton, Mireille (19..-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Castel, Pierre-Henri (1963-....) (Membre du jury / opponent)

Rigoli, Juan (Membre du jury / opponent)

Feuerhahn, Wolf (1973-....) (Membre du jury / opponent)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Université de Lausanne (Organisme de cotutelle / degree co-grantor)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de cotutelle / degree co-grantor)

École doctorale Philosophie (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre de philosophie contemporaine de la Sorbonne (Paris) (Equipe de recherche associée à la thèse / thesis associated research team)

Relation : Paroles folles dans la psychiatrie du XIXe siècle et du début du XXe siècle : histoire et épistémologie / Camille Jaccard ; sous la direction de Vincent Barras et de Jean-François Braunstein / , 2018

Résumé / Abstract : Cette thèse mène une réflexion historique et épistémologique sur la façon dont les altérations de la parole ont été étudiées en médecine mentale. Retraçant les étapes de l’attention accordée aux paroles des patients dans l’aliénisme de la première moitié du XIXe siècle jusque dans la clinique psychiatrique du début du XXe siècle, elle tente de comprendre avec quelles motivations et dans quels buts les médecins ont observé ces phénomènes. L’analyse précise la manière dont certaines modifications de la parole sont devenues fondamentales pour le diagnostic des maladies mentales et indique la place que les spécialistes leur ont attribuée dans leur sémiologie de la folie. L’interrogation porte ainsi sur les ressources pratiques et théoriques avec lesquelles les médecins ont observé et analysé ces troubles du langage. Les méthodes et les procédures mises en place pour récolter les paroles des patients et les outils conceptuels permettant de les appréhender sont examinés. L’enquête fait en outre ressortir les partages disciplinaires qui s’opèrent à cette époque dans le champ des sciences médico-psychologiques, en tenant compte de la façon dont les auteurs nomment, définissent et classent ces désordres langagiers, tout en soulignant les liens explicites ou implicites qu’ils établissent avec des domaines ne relevant pas directement de la médecine, tels que la philosophie, l’anthropologie, la psychologie et la linguistique.

Résumé / Abstract : This doctoral thesis offers a historical and epistemological reflection on the way in which mental medicine has studied speech alterations.Tracing the various stages of the interest given to patients’ speech in alienist medicine and in psychiatry from the 19th century to the early 20th century, this work attempts to understand the goals and motivations of medical doctors observing these phenomena. The analysis helps clarify how speech modifications have become fundamental in diagnosing mental illness and how specialists have attributed a special place to them in their semiology of madness. It also questions the practical and theoretical resources with which medical doctors have observed and analysed language disorders. It examines the methods and processes used to gather patients’ speech and the conceptual tools that enable its apprehension. Moreover, this survey emphasizes the partition of the medico-psychological disciplines occurring at the time, by observing the ways in which the authors name, define and classify these speech and language disorders, and considering the links implicitly or explicitly made with other non-medical fields such as philosophy, anthropology, psychology and linguistics.