L' art en sida : les représentations de la séropositivité et du sida dans l'art américain et européen, 1981-1997 / Thibault Boulvain ; sous la direction de Philippe Dagen

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Sida et arts -- États-Unis -- 20e siècle

Sida et arts -- Europe -- 20e siècle

Maladies -- Dans l'art

Homosexualité -- Dans l'art -- 20e siècle

Classification Dewey : 704.942

Classification Dewey : 709.04

Classification Dewey : 709.4

Classification Dewey : 709.73

Dagen, Philippe (1959-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Pernoud, Emmanuel (1958-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Vigarello, Georges (1941-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Bertrand-Dorléac, Laurence (1957-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Despret, Vinciane (1959-....) (Membre du jury / opponent)

Blistène, Bernard (1955-....) (Membre du jury / opponent)

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Histoire de l'art (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Histoire culturelle et sociale de l'art (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Relation : L'art en sida : 1981-1997 / Thibault Boulvain / Dijon : Les Presses du réel , DL 2021

Résumé / Abstract : Jusqu'en art, la crise du sida est un tournant majeur de l'histoire contemporaine. Cette étude couvre la période allant de ses origines à la révolution thérapeutique (trithérapies) de la fin des années 1990, et s'intéresse à son impact sur les artistes américains et européens et leurs œuvres. Ceux-ci, sur la question, ont trop rarement été regardés ensemble, et pourtant: de Cindy Sherman à Derek Jarman, de Niki de Saint Phalle à Jeff Kaons, de Gilbert & George à Jenny Holzer, de Michel Journiac à David Wojnarowicz, on repère le même saisissement dans les représentations, qui ne pouvaient alors plus être les mêmes, et pour cause. Y est en effet passé tout ce qui travaillait profondément les sociétés occidentales au temps de l'épidémie, et d'abord le pire d'elles-mêmes qui se défoulait dans un espace social considérablement abîmé par la crise épidémique. Les images s'en souviennent, comme des forces de résistance qui lui furent opposées, et de la volonté intraitable de n'y rien céder, de sortir par tous les moyens d'une situation bloquée. Structuré en quatre parties ("l''esprit de catastrophe" ; "Les corps de la maladie" ; "Violence exaspérée" ; "L'esprit de communauté"), qui correspondent chacune à une entrée dans l'époque et dans la crise du sida, à une hypothèse les concernant, L'art en sida ... envisage la possibilité d'écrire une histoire de la maladie à partir des très nombreuses représentations qui la firent autant qu'elles ont été provoquées par elle.

Résumé / Abstract : The AIDS crisis was a major turning point of contemporary history. This work, which begins with the start of the epidemic and ends with the medicinal revolution that was triple therapy, at the end of the 1990's, focuses on the impact of AIDS on - and in the works - of American and European artists. These artists have rarely been considered together through the lens of the virus, and yet Cindy Sherman, Derek Jarman, Niki de Saint Phalle, Jeff Kaons, Gilbert & George, Jenny Holzer, Michel Journiac and David Wojnarowicz - they are ail seized by same need to represent this crisis, at a time when no representation could truly be unaffected. In these works of arts, the undercurrents of western societies - starting with the bleakest - could be made current. These images could act as a memorial, like an emblem of resistance to that which would oppose them, and as beacon of indomitable will to never give up, and to try and find a way out of a deadlock. Centred on four main parts (« The Spirit of Catastrophe» ; « Bodies of Sickness »; « Frustrated Violence » ; « Community Spirit »), which each correspond to a window into the aids crisis, four proposals are put forward in order to comprehend the artistic output of the period. Art in AIDS puts forward the possibility that the works produced at the time of the disease are as much an integral part of the history of the disease than they are a consequence of it.