Étude génomique et protéomique des concentrés plaquettaires ayant induit une réaction post-transfusionnelle / Chaker Aloui ; sous la direction de Olivier Garraud

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Plaquettes sanguines -- Transfusion

Transcriptome

Leucocytes

Garraud, Olivier (1955-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Pozzetto, Bruno (Président du jury de soutenance / praeses)

Saas, Philippe (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Peyrard, Thierry (1968-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Laradi, Sandrine (19..-....) (Membre du jury / opponent)

Fendri, Chedlia (19..-....) (Membre du jury / opponent)

Université de Lyon (2015-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Sciences Ingénierie Santé (Saint-Etienne) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Université Jean Monnet (Saint-Étienne) (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Groupe sur l'immunité des muqueuses et agents pathogènes (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Malgré la mise en oeuvre de la leucoréduction systématique, les transfusions plaquettaires restent génératrices de réactions post-transfusionnelles (encore appelées « Effets Indésirables Receveur, EIR »). Nous savons que les plaquettes sanguines relarguent des molécules proinflammatoires (e.g. CD40 ligand soluble ou sCD40L) durant leur préparation et stockage et leurs taux augmentés sont associées aux EIR. Le travail de cette thèse vise à mieux comprendre les mécanismes de survenue des EIR post transfusion plaquettaire, dans le contexte de l’inflammation. La première partie de nos travaux n’a pas retrouvé de polymorphismes génétiques du gène CD40LG qui pourraient modifier l’affinité du couple Récepteur/Ligand, en cas d’EIR. Dans un second temps, une caractérisation haplotypique de CD40LG n’a pas non plus permis de retrouver d’association avec l’apparition d’EIR. Nous avons ensuite tenté d’identifier des marqueurs génétiques de surexpression de sCD40L (et par conséquence, d’EIR). Pour cela, nous avons étendu l’investigation à douze polymorphismes de CD40LG mais aussi des marqueurs génétiques connus comme indépendamment liés à l’expression de sCD40L : au niveau de son récepteur CD40 et d’ITGA2. Ont été retrouvés associés à une modification significative de sécrétion de sCD40L, d’une part le polymorphisme rs126643 (ITGA2), un haplotype étendu de CD40LG et aussi un haplotype interchromosomique (CD40LG–CD40–ITGA2). Toutefois, ces haplotypes n’ont pas pu être retrouvés associés à l’apparition d’EIR. Nous avons également montré que lors du stockage de concentrés plaquettaires (CP) non leucoréduits, les « modificateurs de réponse biologique » (BRM) leucocytaires diffèrent d’une part, dominent et influencent d’autre part les BRM d’origine plaquettaire. Nous nous sommes ensuite intéressés à un autre BRM individualisé dans les produits transfusés : l’ADN mitochondrial, classé comme un signal de danger endogène (ou DAMP) et nous avons retrouvé une augmentation significative de ceux-ci dans les CP ayant induit un EIR. Nous avons alors entrepris une étude protéomique (LC-MS/MS) et transcriptomique (RNA-seq) sur des CP ayant induit ou non un EIR. L’enrichissement des protéines et gènes différentiellement exprimés présente principalement un rôle dans l’activation plaquettaire, la coagulation, l’apoptose et la dégranulation qui représentent des processus en liaison étroite. Le transcriptome plaquettaire a confirmé l’étiologie apoptique par la mise en évidence de la dérégulation calcique mitochondriale. De plus, l’obtention de l’enrichissement de sa voie intrinsèque permet d’expliquer l’abondance des ADNmt retrouvés précédemment dans les CP associés aux EIR. Par ailleurs, l’état d’activation et la dégranulation des plaquettes expliquent l’abondance des BRM retrouvés en cas d’EIR. Ainsi, nous avons identifié de nouveaux marqueurs inflammatoires hautement exprimés dans le groupe EIR. Après validation de ces résultats par des études complémentaires, ces marqueurs pourraient être proposés comme cibles de prévention d’EIR en modifiant, par exemple la préparation des CP

Résumé / Abstract : Despite the implementation of systematic leucoreduction, platelet transfusions are still generating transfusion reactions (also called "Adverse Events or AEs"). We know that platelets release proinflammatory molecules during preparation and storage of platelet components (PCs) notably the soluble CD40 ligand or sCD40L and high levels are associated with AEs. In this thesis, we aimed to understand the mechanisms of occurrence of inflammatory platelet transfusion reactions. In the first part, we investigated the genetic polymorphisms of CD40LG. We failed to identify a significant association with AEs but we identified genetic markers of sCD40L overexpression: a CD40LG haplotype and also an interchromosomal haplotype (CD40LG-CD40-ITGA2). However, these haplotypes have not been found to be associated with AEs. In the second part, we showed that, during storage of non leucoreduced PCs, leukocyte-derived "biological response modifiers" (BRMs) dominate and influence the platelet-derived BRMs. Then, we found increased levels of another individualized BRM in PCs involved in AEs: mitochondrial DNA, classified as an endogenous danger-associated molecular pattern (DAMP). In the last part, we performed an integrated proteomic and transcriptomic study by LC-MS/MS and RNA-seq, respectively, to better understand the pathophysiology of AEs in a case-control approach. The biological enrichment of differentially expressed genes revealed a significant association with platelet activation, apoptosis and inflammatory mechanisms which may be involved in platelet transfusion reactions. This study provides novel insights into the molecular mechanisms underlying the occurrence of AEs and could give paths to prevent them