Ecologie sensorielle des rapaces : vision et olfaction / Simon Potier ; sous la direction de Francesco Bonadonna et de Olivier Duriez

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Chaînes alimentaires

Rapaces

Vision -- Chez les animaux

Odorat

Bonadonna, Francesco (Directeur de thèse / thesis advisor)

Duriez, Olivier (1974-...) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Roulin, Alexandre (19..-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Schaal, Benoist (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Guillemain, Matthieu (Membre du jury / opponent)

Bertin, Aline (1976-....) (Membre du jury / opponent)

Université de Montpellier (2015-2021) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Biodiversité, Agriculture, Alimentation, Environnement, Terre, Eau (Montpellier ; École Doctorale ; 2015-...) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (Montpellier) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : La vision est certainement le sens le plus développé chez les rapaces, souvent cités comme les vertébrés possédant la plus grande acuité visuelle. Pourtant, les rapaces figurent parmi les victimes les plus fréquentes des collisions avec des éoliennes et autres dispositifs anthropiques. Etant donné les enjeux de conservation et le coût des opérations de conservation, il est indispensable de mieux comprendre comment les capacités sensorielles des rapaces affectent leur technique de recherche alimentaire et les interactions avec les dispositifs anthropiques (par exemple jusqu’à quelle altitude/distance les vautours peuvent-ils être détecter les charniers et les obstacles potentiels et comment optimiser les mesures de gestion des habitats ?). En ce qui concerne l'olfaction, le postulat ancien que les oiseaux en général ont une olfaction quasi nulle est réfuté grâce à la publication récente d’expériences qui montrent le contraire chez plusieurs espèces d’oiseaux, des passereaux aux oiseaux marins. L’olfaction est-elle vraiment un sens « manquant » chez les rapaces? Pourquoi seuls les vautours américains auraient-ils développé un sens aigu de l’olfaction ? Notre projet d’étude de l’écologie sensorielle des rapaces repose principalement sur de test de conditionnement avec renforcement, conduits sur des oiseaux issus de plusieurs parcs zoologiques de France. L’originalité de notre projet serait de combiner des expériences de vision et d’olfaction, sur une grande diversité d’espèces (Vautours, Buses, Milans), d’origine phylogénétique, de régimes alimentaires et de technique de recherche alimentaire différents, à la fois au sol et en vol. La première étape aura lieu en conditions contrôlées en volières, avec des expériences de conditionnement opérant après dressage : réponses des oiseaux à différents stimuli visuels et odeur. Dans un deuxième temps des expériences en vol pourront être menées, sur des oiseaux dressés à effectuer des vols libres, dont les mouvements précis peuvent être suivis en 3 dimensions par des balises GPS couplées à des accéléromètres et des caméras vidéos. Il serait alors possible de connaître précisément les capacités sensorielles utilisées pour la recherche alimentaires de chaque espèce et d’analyser les comportements de vol en lien avec l'aérologie.

Résumé / Abstract : The vision is certainly the most developed sense in raptors, and these birds are cosidered as the vertebrates with the greatest visual acuity. However, raptors are among the most frequent victims of collisions with wind turbines and other human features. Given the conservation issues and the cost of conservation operations , it is essential to understand how sensory abilities of raptor affect their foraging ecology and interactions with human features (eg at which altitude / distance vultures can detected graves and potential obstacles and how optimize the measure of habitats management). But vision is not the only sense that raptor may have. Olfaction in birds was historically neglected, but recent evidence suggests that many bird species, from passerines to seabirds, use olfaction. Consequently, it make sense that olfaction may lead some behaviours in raptor too. To date however olfaction has been searched and shown only in the American vultures. Our project aims to study the sensory ecology of raptors based primarily on captive animals and condition protocols. The originality of our project is to combine the experience of vision and olfaction, on a wide variety of raptor species present in French zoos, with different phylogenetic origin, diets, and different foraging ecologies. The first step will takes place under controlled aviaries conditions, with operant conditioning experiments: responses of birds to different visual and odor stimuli. In a second phase, flight experiments will be conducted on birds trained to perform free flights, whose precise movements can be tracked in three dimensions by GPS tags coupled with accelerometers and cameras videos. It would then be possible to determine precisely the sensory capabilities used for food research for each species, and analyze the flight behaviour with respect to aerology