Connaissances et pratiques des médecins généralistes du Maine-et-Loire concernant la visite de pré-reprise et le temps partiel thérapeutique / Anne-Laure. Couturier, Lucille Desmidt ; sous la direction de Cyril Begue, Audrey Petit

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Begue, Cyril (1985-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Petit, Audrey (1977-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université d'Angers (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Introduction : les médecins généralistes jouent un rôle important dans le maintien en emploi car ils sont souvent les premiers consultés en cas de problématique de santé compromettant la poursuite de l’activité professionnelle. Lorsque des difficultés de reprise du travail sont prévisibles, ils peuvent s’appuyer notamment sur deux dispositifs créés pour favoriser le retour au travail et le maintien en emploi : la visite de pré-reprise (VPR) et le temps partiel thérapeutique (TPT). L’objectif était d’explorer les connaissances et les pratiques des médecins généralistes du Maine et Loire concernant ces deux dispositifs. Matériel et Méthodes : cette enquête quantitative, descriptive et prospective a été menée à l'aide d'un questionnaire téléphonique auprès de 200 médecins généralistes du Maine et Loire, concernant la connaissance de la VPR et du TPT ainsi que leur utilisation lorsque la reprise du travail semblait difficile. Résultats : cent vingt-deux médecins ont répondu (taux de réponse = 61 %). Plus de la moitié des médecins interrogés déclaraient prendre contact « souvent » ou « toujours » avec le médecin du travail, de manière formelle (par téléphone ou par courrier) dans ces situations. Quatre vingt-seize pour cent estimaient connaître la VPR "vaguement" ou "très bien" et 92 % la conseillaient "souvent" ou "toujours" lors d'un arrêt de travail prolongé. Tous les médecins interrogés estimaient connaître le TPT "vaguement" ou "très bien" et 90 % déclaraient le prescrire "souvent" ou "toujours". Les médecins ayant un meilleur niveau de connaissance du TPT l’utilisaient plus souvent : "souvent" ou "toujours" pour 100 % des médecins estimant le connaître "très bien" versus 81 % de ceux estimant le connaître "vaguement" (p<0,001). Conclusion : cette étude montre un bon niveau de connaissance et d’utilisation des deux dispositifs en cas de reprise du travail difficile. Il reste cependant de nombreux médecins connaissant mal et utilisant peu ces dispositifs. La diffusion d’informations ciblées pourrait être une piste d’amélioration de leur utilisation. Les freins à l’utilisation de ces outils pourraient être explorés par une étude qualitative auprès des médecins les utilisant peu.

Résumé / Abstract : Objectives : general practitioners play an important role in job retention because they are often the first to be consulted when health issues compromise the continuation of occupational activity. When recovery difficulties are predictable, they can rely on two tools to promote return to work and job retention: the pre-return to work medical consultation (PRW) and the therapeutic part-time (TPT). The goal was to explore the knowledge and practices of general practitioners in Maine-et-Loire concerning these two tools. Material and Methods : this quantitative, descriptive and prospective study was conducted using a phone questionnaire of 200 general practitioners in Maine-et-Loire, concerning the knowledge of PRW and TPT as well as their use when the return to work seemed to be difficult. Results : one hundred and twenty-two physicians responded (response rate=61%). More than half of the physicians said that they “often” or “always” contact the occupational physician in a formal manner (by phone or mail) in these situations. Ninety-six percent knowing the PRW “vaguely” or “very well” and 92% advised it “often” or “always” during a prolonged sick leave. All physicians felt being familiar with the TPT “vaguely” or “very well” and 90% said that they “often” or “always” prescribed it. Physicians with a higher level of knowledge of the TPT used it more often: “often” or “always” for 100% of physicians who felt that they knew it very well versus 81 % of those who thought they knew it “vaguely” (p<0.001). Conclusions : this study shows a good level of knowledge and practice of both tools in case of difficulties in return to work. There are still many physicians who have little knowledge or use of these tools. To target however information could be a way of improving their use. The obstacles to the use of these tools could be explored by a qualitative study among physicians who use them less.