Les représentations de l'hypnose médicale chez les médecines généralistes formés ou non à cette pratique / Aurélien Jacquot ; sous la direction de Yannick Clémence

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Hypnose

Médecine générale

Clémence, Yannick (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Lorraine (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Contexte : le praticien a pour rôle de prendre en charge de façon optimale les souffrances psychiques tout en prescrivant moins. Cependant, le médecin généraliste est à l’origine de plus de 80 % des prescriptions de psychotropes et ce constat lui est reproché. C’est pourquoi certains médecins généralistes ont décidé de se former à l’hypnose médicale pour acquérir un outil supplémentaire et alternatif au traitement médicamenteux. Objectif : explorer les représentations de l’hypnose chez les praticiens formés ou non à cette pratique. Cela permettrait d’évaluer l’usage de l’hypnose en pratique quotidienne et de contribuer à construire une formation adaptée si une Formation Médicale Initiale (FMI) était envisagée. Matériel et Méthode : c’était une étude qualitative. La population étudiée était constituée de deux groupes de médecins généralistes : les généralistes formés à l’hypnose et les généralistes non formés. Le recueil des données consistait à réaliser des entretiens semi-dirigés, analysés ensuite de façon thématique à partir de la lecture du corpus. Résultats : dix médecins formés à l’hypnose médicale ont été inclus dans l’étude ainsi que dix autres non formés à cette pratique. La principale représentation de l’hypnose par le groupe des médecins formés était un outil thérapeutique supplémentaire et un outil de communication. Soixante pourcents des médecins pratiquant l’hypnose estimaient avoir une diminution de leurs prescriptions médicamenteuses. L’hypnose est considérée comme une pratique chronophage mais qui avait sa place en médecine générale. Cependant, pour la plupart des médecins non formés, cette pratique chronophage ne pouvait s’intégrer en médecine générale. Conclusion : l’hypnose conversationnelle est un moyen s’intégrant plus facilement dans la pratique quotidienne car non chronophage comparativement aux séances d’hypnose. L’hypnose est donc un très bon outil de communication qui peut facilement s’inscrire dans la formation médicale initiale.