Impact de l'évolution du capital social sur la création de valeur de l'entreprise familiale au cours de la phase de transmission / Sana Karray ; sous la direction de Ali Smida et de Lassaâd Mezghani et de Ali Smida

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Entreprises familiales -- Tunisie

Successions et héritages

Capital social (droit commercial)

Création de valeur

Smida, Ali (Directeur de thèse / thesis advisor)

Mezghani, Lassaâd (Directeur de thèse / thesis advisor)

Smida, Ali (Directeur de thèse / thesis advisor)

Zribi, Olfa (Président du jury de soutenance / praeses)

Véry, Philippe (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Mzid, Imen (1977-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Pauget, Bertrand (1975-....) (Membre du jury / opponent)

Université Sorbonne Paris Cité (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Université Paris 13 (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Université de Carthage (Tunisie) (Autre partenaire associé à la thèse / thesis associated third party)

Centre d'écononomie de Paris Nord (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : L’importance de l’entreprise familiale (EF) et la légitimité de ce champ de recherche ne sont plus à démontrer. L’EF est une forme dominante dans plusieurs tissus économiques, dont celui de la Tunisie. La succession de l’EF a constitué un axe majeur de recherche dans ce champ. La transmission implique à la fois des enjeux économiques et sociaux inhérents à la survie de l’EF aux générations suivantes. Durant la dernière décennie, une série conséquente de travaux s’est intéressée à l’étude de l’EF et de sa transmission suivant l’approche par les ressources (Salvato et Melin, 2008 ; Sirmon et Hitt, 2003 ; Cabrera-Suarez et al, 2001). L’identification des ressources cruciales pour ce type d’entreprise, et la transmission de ces ressources constituent deux questions fondamentales pour cet axe de recherche. Le capital social, en tant que ressource caractérisant l’imbrication de la sphère familiale avec celle des affaires, a été identifiée comme ressource cruciale de l’EF (Pearson et al, 2008 ; Arrègle et al, 2007). Le capital social de l’EF se caractériserait par une certaine stabilité, liée à la longévité du fondateur, mais accuserait, également, un moment critique lors de l’entrée du successeur. Cette recherche se propose d’enrichir la compréhension de la phase de transmission en s’intéressant à l’évolution du capital social intra-organisationnel de l’EF, suite à l’entrée du successeur. Notre étude s’inscrit dans la continuité des travaux mobilisant la théorie de Nahapiet et Ghoshal (1998). Cette théorie avance que le capital social est une ressource déterminante de la création de valeur des organisations. Notre recherche ambitionne d’explorer l’évolution de la relation entre le capital social de l’EF et sa création de valeur, suite à l’entrée du successeur. Nous avons mené une étude longitudinale, sur une période de 18 mois, auprès de quatre EF où le successeur a récemment rejoint l’entreprise. Deux groupes de cas sont identifiés suivant le niveau de création de valeur de l’EF. Le premier groupe a révélé des évolutions remarquables au niveau des dimensions structurelle et cognitive du capital social. L’évolution de la création de valeur dans les deux cas de ce groupe s’est manifestée à travers des innovations produits, des innovations organisationnelles et de nouveaux choix stratégiques. Le deuxième groupe a révélé une évolution moins remarquable de la dimension structurelle du capital social et une certaine stabilité des dimensions relationnelle et cognitive. L’évolution de la création de valeur a été timide dans les deux cas de ce groupe. Nos observations confortent certaines propositions théoriques avancées par Nahapiet et Ghoshal (1998) sur la relation entre le capital social et la création de valeur. Nos résultats révèlent, également, que l’évolution du capital social engendrerait de nouveaux choix stratégiques dans certains cas.

Résumé / Abstract : The legitimacy and the importance of family business (FB) research have become obvious. FB is a dominating form in many countries, including Tunisia. Among the different family business trends, FB transmission constitutes the most important research field. FB transmission and survival involves economic and social challenges for the family, the society and the entire economy. Since the last decade, a bundle of studies mobilized the Resource Based View for FB and transmission research (Salvato & Melin, 2008; Sirmon & Hitt, 2003; Cabrera-Suarez & al, 2001). Two main questions constituted the background of those studies: Which resources are supporting the FB competitive advantages? And, how those resources are transmitted to preserve FB sustainability? Social Capital was considered as crucial resource for FB (Pearson et al, 2008; Arrègle et al, 2007). According to those authors, social capital is a resource formed and shaped by the overlap of the family and the business spheres. Since FB is governed by the founder during a long period, its social capital would be characterized by some stability. However, the successor’s entry is a critical moment for this social capital as well as the FB. Our research aims at enhancing our understanding of the FB transmission through observing the social capital evolution after the successor’s entry. Our study is based on the social capital theory suggested by Nahapiet & Ghoshal (1998). This theory assumes that social capital is a crucial resource for organization value creation. Our study explores the evolution between social capital and FB value creation after the successor’s entry. Four longitudinal case studies were performed, during 18 months, on FBs where the successor recently joined the company. Our evidence reveals a social capital evolution for each case. According to the value creation evolution, two subgroups are identified. The first group revealed remarkable evolutions of the structural and cognitive dimensions of social capital. The value creation evolution in this group of two cases concerns product innovation, organizational innovation and new strategic choices. However, the second group revealed less important evolution in the structural dimension of social capital. The cognitive and relational dimensions of social capital were quite steady and the value creation evolution was limited in this second group of two cases. These findings confirm some theoretical propositions suggested by Nahapiet & Ghoshal (1998) regarding the relation between social capital and value creation. Moreover, these results suggest that social capital evolution would entail new strategic choices and innovations.