Changer les habitudes ou changer les habitants ? : sociologie d'un mouvement de réforme alimentaire à La Nouvelle-Orléans, 2000-2010 / Nicolas Larchet ; sous la direction de Christian Topalov et de Dominique Memmi

Date :

Editeur / Publisher : [Lieu de publication inconnu] : [éditeur inconnu] , 2016

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Ouragan Katrina (2005)

Diététique -- États-Unis -- La Nouvelle-Orléans (La.)

Classes populaires -- États-Unis -- La Nouvelle-Orléans (La.)

Santé publique -- États-Unis -- La Nouvelle-Orléans (La.)

Biopolitique

Conditions sociales -- La Nouvelle-Orléans (La.) -- 2000-....

Topalov, Christian (1944-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Memmi, Dominique (1953-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

NDiaye, Pap (1965-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Lovell, Anne M. (Membre du jury / opponent)

Neveu, Érik (1952-....) (Membre du jury / opponent)

Torny, Didier (Membre du jury / opponent)

École des hautes études en sciences sociales (Paris) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre national de la recherche scientifique (France). Groupement de recherche (7217) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : La ville américaine de La Nouvelle-Orléans a été le lieu de diverses expérimentations sociales au lendemain des destructions de l'ouragan Katrina de 2005. Cette thèse prend pour objet l'élaboration et la mise en œuvre de l'un de ces projets de réforme. Porté par un mouvement social plus large à l'échelle nationale, ce projet visait à améliorer l'accès aux « aliments sains » dans les quartiers populaires de la ville afin de lutter contre l'épidémie d'obésité et de relancer l'économie locale. À partir d'entretiens biographiques auprès de membres d'une commission municipale mandatée pour étudier ce problème public, de l'analyse de ses archives et de l'observation du travail réformateur, l'enquête interroge la formation d'un sens commun : alors que les autorités avaient laissé mourir de nombreux habitants au lendemain du passage de l'ouragan, pourquoi décidaient-elles désormais de les faire vivre en réformant leurs habitudes alimentaires ? En suivant les acteurs et institutions qui ont porté ce projet, depuis sa définition au tournant des années 2000 au sein d'un centre de recherches en santé publique jusqu'à sa réception par les autorités locales et les habitants dans une ville profondément transformée au début des années 2010, l'enquête met au jour les conditions sociales de possibilité de cette expérimentation et ses effets inattendus : tout en ratant leur diagnostic et en manquant leur cible, les réformateurs de l'alimentation avaient néanmoins atteint leur principal objectif en contribuant à changer les habitants de la ville, à défaut de changer leurs habitudes.

Résumé / Abstract : The city of New Orleans has been the scene of diverse social experiments in the wake of the destruction caused by Hurricane Katrina in 2005. This dissertation considers the development and implementation of one among many of these reform projects. Carried by a larger social movement at the national level, this particular project aimed at improving access to "healthy foods" in the city's low-income neighborhoods in order to fight the obesity epidemic and to revitalize the local economy. Based on biographical interviews with members of a food policy council charged with studying this public problem, on in-depth analyses of the council's archives and on participant observation of reformers' work, this study questions the making of a common sense: while the authorities had left to die many inhabitants in the wake of the hurricane, why did they subsequently chose to make them live by reforming their eating habits? This study follows the actors and institutions that undertook this project, from its elaboration at the turn of the millennium in a public health research center until its reception by the local authorities and inhabitants in a city profoundly transformed by the early 2010s. It finally reveals the social conditions of possibility of this experiment and its unintended consequences: all the while mis-diagnosising the problem and missing their target, food reformers nevertheless achieved their main objective by contributing to changing the city's inhabitants rather than changing their habits.