La clinique de la psychose et l'autisme chez l'enfant et la pratique à plusieurs. / Magda Liliana Gómez Cabra ; sous la direction de Michel Grollier

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Autisme

Diagnostic clinique

Jouissance (psychanalyse)

Psychanalyse -- Pratique

Grollier, Michel (1958-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Maleval, Jean-Claude (1946-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Ottavi, Laurent (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Cottet, Serge (1942?-2017) (Membre du jury / opponent)

Université de Paris VIII (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Pratiques et théories du sens (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Résumé / Abstract : L’autisme considéré d’abord comme une maladie d’ordre psychique est appréhendé aujourd’hui comme Trouble envahissant du développement (TED), et plus récemment comme Trouble du spectre autistique (TSA) dans le DSM 5 (Diagnostic and Statistical Manual of mental Disorders). L'imposition des critères de ce manuel, l’émergence des sciences cognitives et la recherche en génétique et en neurobiologie font que l’autisme est considéré comme un « handicap » qui relève plus d’une « éducation spécialisée» que d’un traitement psychiatrique ou psychologique. La clinique psychanalytique est mise en cause depuis quelques années par les instances de santé publique et les médias dans le traitement de l’autisme. Pour la psychanalyse lacanienne, l’autisme n’est pas un « handicap » mais une position subjective de l’être et un mode de jouissance singulier, suivant la proposition d’Eric Laurent du retour de la jouissance sur un bord, laquelle peut être traitée à partir d’une clinique du réel qui utilise les objets, la parole et le corps. Dans cette thèse, nous étudions l’autisme avec pour fil conducteur la clinique et ses effets. Nous nous penchons sur les premiers travaux psychiatriques et psychanalytiques, sur l’enseignement de Lacan ainsi que sur les concepts élaborés par certains de ses élèves. Nous traitons principalement d’une pratique clinique en institution, la « pratique à plusieurs », issue de cet enseignement. Nous exposons en dernier deux témoignages de sujets autistes, qui ont pu appareiller leur jouissance et s’ouvrir au lien social à partir de leurs propres inventions sans pour autant sortir de l’autisme.

Résumé / Abstract : Considered first and foremost as a mental illness, autism is nowadays being approached as a Pervasive Developmental Disorder (PDD) and, more recently still, as a disorder on the Autism Spectrum, as presented in the fifth edition of the DSM (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders). The imposition of criteria from this manual, the emergence of the cognitive sciences, alongside research in genetics and neurobiology, have led to autism being considered as a “disability” that would fall more under the remit of “specialized education” than that of psychiatric or psychological treatment. The psychoanalytic clinic has for some years now been called into question as a treatment for autism, by public healthcare bodies and the media alike. From the perspective of Lacanian psychoanalysis, autism is not a “disability”, but a subjective position of Being and a singular mode of jouissance, in line with Éric Laurent’s assertion that it entails a return of jouissance in a rim, a jouissance that may be treated by means of a clinic of the real that uses objects, speech, and the body. In this thesis, we study autism from the angle of the clinic and its effects. We draw on the early psychiatric and psychoanalytic texts, on Lacan’s teaching, and on concepts developed by some of his students. We look chiefly at a clinical practice specific to institutions, so-called “multi-person practice”, which was derived from the aforementioned teachings. Lastly, we present two studies of autistic subjects who were able to transform their jouissance into an apparatus and turn towards a social bond on the basis of their own specific inventions, without, however, leaving their autism behind.