La récriture des classiques : Goethe et Schiller dans le théâtre d'Elfriede Jelinek (Ulrike Maria Stuart, FaustIn and out) / Delphine Klein-Rouquier ; sous la direction de Ralf Zschachlitz

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Jelinek -- Elfriede -- 1946-.... -- Critique et interprétation

Zschachlitz, Ralf (1954-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Malkani, Fabrice (1958-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Banoun, Bernard (1961-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Haider-Pregler, Hilde (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Arlaud, Sylvie (Membre du jury / opponent)

Université Lumière (Lyon) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Lettres, langues, linguistique, arts (Lyon) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Langues et cultures européennes (Bron, Rhône-Alpes) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Depuis ses débuts littéraires, les classiques sont régulièrement convoqués dans l’écriture hautement intertextuelle d’Elfriede Jelinek par le truchement de citations tronquées, disséminées. Sa production dramatique récente est marquée par une confrontation redoublée avec les classiques germanophones, avec de nombreuses récritures produites depuis le milieu des années 2000. Parmi elles, le texte de théâtre Ulrike Maria Stuart (publié en ligne pendant trois jours en 2006, imprimé seulement en 2015) fait écho à la pièce de Friedrich Schiller Marie Stuart, et FaustIn and out (accessible gratuitement sur le site de Jelinek depuis 2011) joue avec l’œuvre « incommensurable » de Goethe, (l’Ur-)Faust. Cette étude effeuille les différentes strates du palimpseste et met au jour les espaces investis par la récriture à travers un parcours balisé, dispositif à entrées multiples permettant de décrire le fonctionnement et les enjeux de la récriture du point de vue de sa production, mais aussi de sa réception, notamment dans les mises en scène. En analysant comment l’espace de la récriture se mue en désécriture et tire profit d’une écriture « seconde » ou mineure (Deleuze), les enjeux macrostructurels, esthétiques et socio-littéraires de ces textes se font jour. La confrontation à la classicité entre en résonance avec le nouveau positionnement de l’autrice au sein du champ littéraire, notamment à travers le processus de classicisation de son oeuvre, influant également sur le destin éditorial singulier des œuvres de notre corpus.

Résumé / Abstract : Since her literary debut, the classics have regularly surfaced in the highly intertextual writing of Elfriede Jelinek by means of fragmentary and fleeting citations. Her recent dramatic productions are marked by an ever greater confrontation with the Germanic classics, with numerous rewritings produced since the mid-2000s. Among these, the play Ulrike Maria Stuart (published online over three days in 2006 and only published in print in 2015) echoes Friedrich Schiller’s play Marie Stuart, while FaustIn and out (accessible free of charge on Jelinek’s website since 2011) toys with the “immeasurable” work of Goethe, (Ur-)Faust. This study unravels the different strata of the palimpsest and revises the spaces occupied by rewriting through a well-defined path, an approach with multiple entry points that allows the functioning and issues of rewriting to be described from the perspective of both its production and its reception, notably in form of dramatization. By analysing how the space of rewriting evolves into a sort of unwriting and takes advantage of “secondary” or minor (Deleuze) writing, the macrostructural, aesthetic, and socio-literary stakes of these texts emerge. The confrontation with classicity resonates with the new positioning of the author within the literary field, especially through the process of the classicisation of her works, and influences the uncommon editorial approach framing the works of the corpus under investigation.