Significations de l'improvisation, le rapport à soi dans le jeu musical / Tristan Ikor ; sous la direction de Bernard Lamizet

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Improvisation (musique)

Lamizet, Bernard (1951-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Esclapez, Christine (Président du jury de soutenance / praeses)

Tarasti, Eero (1948-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Université Lumière (Lyon) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Triangle, action, discours, pensée politique et économique (Lyon) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Quel est le sens de ce geste, finalement assez étrange, qui consiste à vouloir (s') improviser en musique, jusqu'à vouloir se montrer improvisant ? C'est en résonnant de grand air que ses significations raisonnent, et qui s'abordent aussi en sabordant. Ici, le complexe d'identité dans son entier est bouleversé, comme mis à vif dans un amour du son délesté de musique : l'urgence s'éprouve au plus fin, sur la crête d'un temps prêt à tout moment à s'évaporer en une immédiateté aussi foncièrement nouvelle qu'ancestrale. Le spectacle d'improvisation apparaît dès lors comme une sorte de lieu de jonction entre la fête sacrée et l'intimité d'un art brut. À la rencontre de l'autre pourtant dénié, le rapport à soi de l'improvisateur en jeu retrouve sa mondanéité propre et son originalité souveraine.

Résumé / Abstract : Why does someone want to improvise (by) music, and even show himself improvising ? Meanings of improvisation appear by resounding to wild life, and need destruction to be sensed. Here, the overall identity is shattered, sublimed in a love for sound without music. Improviser feels the urge, when time is ready to disappear in a new and ancestral immediacy. In this way, improvisation's show is like a confluence of sacred celebration and naive art. At the encounter of the one yet denied, the improviser's self-appreciation finds its own worldhood and its sovereign originality.