Sculpture et cinéma : emprunts et perméabilités dans le champ de l'art contemporain et du cinéma / Thibault Honore ; sous la direction de Germain Roesz et de Jean-François Robic

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Godard -- Jean-Luc -- 1930-2022 -- cinéaste -- Critique et interprétation

Varda -- Agnès -- 1928-2019 -- Critique et interprétation

Kiarostami -- Abbas -- 1940-2016 -- Critique et interprétation

Art et cinéma

Sculpture -- Au cinéma

Histoire du cinéma

Projection en relief (cinéma)

Classification Dewey : 735.23

Classification Dewey : 735.24

Classification Dewey : 791.4

Roesz, Germain (1949-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Robic, Jean-François (1951-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Payot, Daniel (1952-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Denis, Sébastien (1973-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Liandrat-Guigues, Suzanne (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Université de Strasbourg (2009-....) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Humanités (Strasbourg ; 2009-....) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques (Strasbourg) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : La rencontre entre le cinéma et les arts du volume relève d’un principe de perméabilité. Le travail des cinéastes, qui se sont essayés à l’installation, témoigne de phénomènes d’hybridations connexes. Si le cinéma gagne l’espace d’exposition, c’est pour y retrouver les données séculaires de sa monstration. Le septième art voit dans sa déterritorialisation vers l’objet d’art tridimensionnel, l’expression réaffectée de son histoire. Le déplacement du cinéma dans le champ des œuvres d’art en volume doit donc être interrogé selon un principe de survivance. En feignant d’amortaliser les êtres qu’il capture, le cinéma trouve dans la sculpture un moyen de présentifier la mort. Dans notre travail plastique, cette entreprise passe par un procédé formel reconnaissable : le renversement. De ce geste plastique, dont nous postulons qu’il est métonymique d’une forme d’enfouissement, naît l’idée que le cinéma et la sculpture s’inscrivent tous deux dans un régime funéraire de l’art.

Résumé / Abstract : The meeting of cinema and sculpture must be analyzed through a principle of interrelationships. The work of movie directors, who tried to realize sculptures and installations, proves similar phenomena of hybridization. When cinema leaves the theatre for an exhibition, it is also to find again, with the updating of new plastic forms, the secular data of its screening. With its transfer towards the sculpture the cinematographic art acquires the new expression of its personal history. Knowing this, the movement of cinema towards sculpture must also be questioned in the light of a principle of survival. By pretending to a-mortalize the beings that it shoots, the cinema find in sculpture a means to nurture its macabre labour. Besides, this display of death undergoes a very identifiable formal process : the inversion. We may then identify this plastic gesture with the metonymical figure of a burying. Thus, both cinema and sculpture seem to join in a funeral system of art.