Aspects linguistiques dans la pensée juridique d'Ibn al- Hâğib (571-646/1175-1248) / Moustapha Toure ; sous la direction de Jean-Patrick Guillaume

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Coran -- Critique et exégèse

Arabe (langue) -- Grammaire

Droit islamique

Langage juridique

Droit -- Méthodologie

Droit islamique -- Sources

Sunna

Classification Dewey : 492.7

Classification Dewey : 340.59

Guillaume, Jean-Patrick (1949-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Amir-Moezzi, Mohammad Ali (1956-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Larcher, Pierre (1948-....) (Membre du jury / opponent)

Costa, José (1971-....) (Membre du jury / opponent)

Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Langage et langues (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre des Etudes Arabes et Orientales (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : La langue arabe est un des outils essentiels à l’analyse des données scripturaires à caractère juridique. C’est pourquoi les jurisconsultes musulmans ont développé dans leurs traités sur la méthodologie juridique, une linguistique qui n’a rien à envier à celle des grammairiens arabes classiques. Le "Muhtasar" d’ Ibn al- Hâğib est une des références en la matière. Ce travail vise d’une part, à déterminer le rôle de la langue arabe dans l’interprétation du Coran et de la Sunna. D’autre part, il tient à éclairer les procédés analytiques mis en œuvre par les usulistes dont ibn al- Hâğib en vue d’une analyse globale du discours.

Résumé / Abstract : The Arabic language is one of the main Tools to analyze oly legal elements. That’s why, the Muslim lawyers developed across their treatises about the legal methodology a part of linguistic that has nothing to envy to the classical Arabic grammar Works. The Ibn al- Hağib’s "Muhtasar" is one of the references in this field. This work aims to determine the Arabic language’s contribution in t e Koran and Sunna’s interpretation. On the other hand, it also holds to light up the analytic processes implemented by the usûl al-fiqh writers like Ibn al- Hâğib in scope to a global analysis of the speech.