Être soi-même et un autre dans une langue étrangère. Giorgio de Chirico et Alberto Savinio, l'expérience linguistique et identitaire entre France et Italie / Antonella Usai ; sous la direction de Jean-Charles Vegliante et de Andrea Gareffi

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Langue / Language : italien / Italian

Catalogue Worldcat

De Chirico -- Giorgio -- 1888-1978 -- Critique et interprétation

Savinio -- Alberto -- 1891-1952 -- Critique et interprétation

De Chirico -- Giorgio -- 1888-1978 -- Thèmes, motifs

Savinio -- Alberto -- 1891-1952 -- Thèmes, motifs

Littérature française -- 20e siècle

Littérature italienne -- 20e siècle

Bilinguisme et littérature

Autrui -- Dans la littérature

Identité (philosophie) -- Dans la littérature

Vegliante, Jean-Charles (1947-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Gareffi, Andrea (1949-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Stead, Evanghelia (1957-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Lucchesi, Marco (1963-....) (Membre du jury / opponent)

Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Università degli studi di Roma "Tor Vergata" (1972-....) (Organisme de cotutelle / degree co-grantor)

École doctorale Europe latine et Amérique latine (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Les Cultures de l'Europe méditerranéenne occidentale (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Dans l’histoire littéraire italienne tout entière se succèdent des écrivains qui pour différentes raisons, ont dû se confronter à la langue française dans leur œuvre. Pour la génération née entre le XIXème et le XXème siècle, le bilinguisme est un des outils de la recherche identitaire de l’artiste déraciné, quête du Je littéraire et du Je national. Au sein de cette génération, l’écriture des frères de Chirico se révèle un champ d’investigation particulièrement riche des problématiques qui se nouent entre la France et l’Italie. Les enjeux du choix d’une langue pour un texte donné mais également de l’autotraduction – pour republication dans une autre langue mais également comme composante du processus d’élaboration d’un texte – seront abordés en détail notamment à travers l’étude des poèmes noyau d’Hebdomeros de de Chirico et de la Vita di Mercurio de Savinio. L’analyse de leur collaboration à «La Vraie Italie», nous a permis d’observer à la fois un aspect ultérieur de leur écriture bilingue et l’enjeu identitaire qui se lie au rapport entre France et Italie. Leur rapport constant avec la France, qui se manifeste à travers l’alternance de l’écriture en italien et en français est d’ailleurs le signe évident d’une identité enracinée avant tout dans la complexité culturelle de leur formation atypique. Une fois dépassé le problème du « Je biographique », leur œuvre essaye de refonder un « Je universel » qui nécessite pour s’exprimer une pluralité de langages.

Résumé / Abstract : The entire history of Italian literature shows author after author who, for differing reasons, felt the need to turn to the French language for the artistic expression of their works. My work herein aims in particular to analyse the experience and the work between the two languages of the de Chirico brothers, in order to discover the way in which their relationship with the French language and culture influenced and determined their literary works. The justification of my choice of authors to be studied are the actual works of the de Chirico brothers which have revealed them-selves to be a vast field of research for the intertextual problems of the bilingual phenomenon; this is confirmed by the considerable volume of their poetic and literary works [especially to create Hebdomeros – de Chirico – and Vita di Mercurio – Savinio - ]. Equally as important is the collaboration of the de Chirico bothers with Papini’s magazine «La Vraie Italie», which has allowed us to observe not only another aspect of their bilingual writing but also the evolution of their relationship with Italy and with France which is tied to the problem of identity. Their constant relationship with France which manifests itself through the alternation of writing in Italian and French is, in fact, a clear sign of an identity which has its’ roots above all in the cultural complexity of their atypical education. Once the problem of “I, biographer” has been overcome, their works try to re-establish an “I, universal” which, in order to express itself, requires a plurality of languages.