L'élaboration du mythe du soi dans l'œuvre de Samuel Beckett / Solveig Hudhomme ; sous la direction de Bruno Clément

Date :

Editeur / Publisher : [S.l.] : [s.n.] , 2013

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Beckett -- Samuel -- 1906-1989

Mythe

Soi (philosophie)

Intériorité

Création (religion)

Clément, Bruno (1952-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Université de Paris VIII (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Relation : L'élaboration du mythe de soi dans l'oeuvre de Samuel Beckett / par Solveig Hudhomme / Leiden : Brill Rodopi , cop. 2015

Relation : L'élaboration du mythe de soi dans l'oeuvre de Samuel Beckett / par Solveig Hudhomme / Leiden : Brill , 2015

Résumé / Abstract : Notre thèse porte sur la façon dont l’œuvre construit son propre mythe, mythe d’un espace, d’une intériorité permanente par-delà les frontières textuelles. Cette intériorité, nous l’envisageons comme lieu du « soi », lieu affranchi du biographique, du « moi », mais peuplé d’invariants. Notre étude commence par un questionnement autour de la notion de « mythe » : il s’agit d’analyser le principe de reconnaissance instauré au fil des textes, reconnaissance d’un lieu, d’une trame, d’un personnage. Dans l’ordre du récit, la contingence laisse place à la nécessité. L’œuvre procède ainsi de l’idée d’une entité unique, d’une scène intérieure s’offrant au regard. C’est pourquoi nous nous concentrons dans un deuxième temps sur un invariant essentiel, l’œil, globe qui initie le lecteur à un espace dont les contours se font de plus en plus géométriques et épurés. Le « soi » est dès lors représenté comme une intériorité vide qu’il s’agit d’explorer, d’expérimenter jusqu’aux limites du scénique et du narratif. Le texte beckettien interroge les conditions de la création : voir, représenter, raconter, verbes qui ont pour trait commun d’accepter la tournure réflexive. Cette « parole réfléchie » est au cœur de la dernière étape de notre étude : à quelle scène linguistique la figuration du « soi » donne-t-elle lieu ? Nous nous proposons d’envisager le pronom « soi » comme le pivot d’une fable au sein de laquelle les mots eux-mêmes prennent une dimension mythologique.

Résumé / Abstract : This thesis concerns the way that Samuel Beckett’s works build a myth of their own, the myth of a space, a permanent inner space going beyond the textual boundaries. Our study is to consider this inner place as the place of « the self », in other words, a place released from biography, from the « ego » but also a place in which some invariants can be found. Our research begins with a questioning on the concept of « myth » : we highlight the way stories introduce a principle of repetition so that the reader can recognize a place, a narrative, a character. As the story develops, contingency slowly grows into necessity. Beckett’s works are based on the idea of a single entity, an exposed interiority. This is why in a second part we focus on the eye, a major invariant which introduces the reader in a dramatic or narrative space whose set becomes ascetic and geometric. The « self » is then represented as an empty interority that both locutor and reader have to explore and experiment with, using all the ressources of staging and narration. The Beckettian works question the conditions of creation : seeing, staging, telling, some verbs we can use to reflect as well. The last step of our study deals with this « reflexive speaking » : what kind of linguistic scene does the representation of « self » involves ? We aim to see the « self » as the key of a fable, a fable in which words themselves become mythological entities.