Don Juan en France au XXe siècle : réécritures d'un mythe. / Aurélia Gournay ; sous la direction de Daniel-Henri Pageaux

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Don Juan -- personnage légendaire -- Dans la littérature

Don Juan -- personnage légendaire -- Au cinéma

Don Juan -- personnage légendaire -- Dans la musique

Littérature et mythe

Littérature -- 20e siècle -- Thèmes, motifs

Cinéma -- Thèmes, motifs

Musique -- 20e siècle -- Thèmes, motifs

Pageaux, Daniel-Henri (1939-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Daros, Philippe (1950-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Gély, Véronique (1962-....) (Membre du jury / opponent)

Smadja, Robert (19..-....) (Membre du jury / opponent)

Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Littérature française et comparée (Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Centre d'études et de recherches comparatistes (Paris) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Né en 1630, sous la plume du moine espagnol Tirso de Molina, le personnage de Don Juan n’a cessé d’inspirer les auteurs, au point de devenir un véritable mythe littéraire. On ne saurait, désormais, l’évoquer sans mentionner quelques œuvres majeures, telles que le Dom Juan de Molière ou le Don Giovanni de Mozart. S’il est difficile de trouver, au 20ème siècle, des réécritures du scénario mythique susceptibles de rivaliser avec ces illustres noms, il est indéniable que ce dernier demeure productif. La France offre, à elle seule, des preuves de cette vitalité. En effet, l’histoire de Don Juan continue à inspirer les auteurs. Elle semble même avoir conquis de nouveaux genres littéraires : longtemps cantonné au théâtre, c’est, pourtant, dans le genre romanesque que le héros mythique trouve actuellement ses traitements les plus originaux.Mais ces réécritures littéraires sont enrichies, au 20ème siècle, par deux apports fondamentaux. La critique, tout d’abord, qui multiplie les angles d’approche sur le mythe et entretient, à son tour, un dialogue fertile avec les œuvres de fiction. Cette dimension réflexive renouvelle considérablement le regard porté sur la fable donjuanesque. Le cinéma, ensuite, qui, en s’emparant du mythe, en propose de nouvelles lectures. Cependant, cette productivité ne doit pas occulter un constat : pour s’adapter à notre époque, le canevas mythique a souffert de nombreuses modifications. Ces dernières sont-elles la preuve de la plasticité du mythe et la garantie de sa survie ou, au contraire, des étapes pouvant aboutir à sa déconstruction ? Il importera de se demander, en définitive, si Don Juan ne risque pas d’être victime de la fascination qu’il inspire.

Résumé / Abstract : Born in 1630 from the Spanish monk Tirso de Molina’s quill, the character of Don Juan has never stopped inspiring writers to the point of becoming a true literary myth. Nowadays, one could not evoke it without mentioning a few masterpieces such as Dom Juan by Molière or the opera Don Giovanni by Mozart. Even if it is hard to find in the 20th century, rewritings of the mythical scenario that can vie with these illustrious names, it is however undeniable that it remains very productive. France itself gives numerous proves to this vitality. Indeed, the story of Don Juan keeps on inspiring authors. It even seems to conquer new literary genres: confined for a long time to theatre only, it is however in the domain of fiction that the mythical hero experiences nowadays his most original uses.But these literary rewritings are completed and enriched in the 20th century by two essential contributions. Firstly reviews have multiplied the different views on the myth and have maintained fertile conversations with fictional works. The birth in the literary world of this reflexive dimension considerably transforms the vision shared on this Don Juan fable. Secondly, the cinema embraces the myth and offers new reading propositions. However this productivity should not overshadow this fact: the myth has been adapted to our times. It has undergone many transformations. Are they the proof of the myth’s plasticity and the warrant of its survival or, on the contrary, are they steps that might lead to its destruction? At the end of the day, will Don Juan risk to be the victim of the fascination it inspires?