Norme et variation en anglais contemporain. Etude variationniste de quelques subordonnants : complémentation de « help » et « like » conjonction / Mathilde Pinson ; sous la direction de Geneviève Gillet

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Anglais (langue) -- Normes

Anglais (langue) -- Variation linguistique

Anglais (langue) -- Subordonnants

Gillet, Geneviève (19..-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Delmas, Claude (1941-.... ; angliciste) (Président du jury de soutenance / praeses)

Duchet, Jean-Louis (Membre du jury / opponent)

Deléchelle, Gérard (Membre du jury / opponent)

Quayle, Nigel (Membre du jury / opponent)

Université de la Sorbonne Nouvelle (Paris) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

École doctorale Études anglophones, germanophones, et européennes (2009-2019 ; Paris) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Langues, Textes, Arts et Cultures du Monde Anglophone (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Ce travail de recherche se donne pour but d’analyser la dynamique générale de la norme de l’anglais contemporain et son rapport avec la variation linguistique. Pour ce faire, nous abordons quelques subordonnants qui illustrent le déplacement du centre de gravité de la norme sur les axes spatial et social. À travers l’étude de la complémentation du verbe help, nous illustrons l’américanisation syntaxique de l’anglais britannique et nous montrons comment les contraintes d’emploi se sont assouplies, pour aboutir finalement, dans le cas de l’opposition help + to + infinitif et help + zéro + infinitif, à une disparition de la distinction sémantique entre les deux formes. Cette disparition est le résultat d’un recours sans cesse plus fréquent à l’infinitif nu pour des raisons stratégiques, surtout dans la publicité. Ensuite, nous nous intéressons au like conjonction et nous analysons son expansion dans la langue. Après avoir expliqué son apparition par des facteurs isomorphiques et sémantiques, auxquels s’ajoute probablement une réanalyse de l’adjectif like signifiant « vraisemblable », nous montrons comment ce subordonnant s’est répandu à travers les registres de langue et les types de texte, ainsi qu’à travers les constructions syntaxiques, jusqu’à devenir un élément non périphérique de la syntaxe anglaise. D’après nous, le succès de cette innovation reflète l’évolution des modes de communication, qui se fondent de plus en plus sur la proximité interpersonnelle à des fins stratégiques. D’une simple acceptation de la familiarité dans la norme, c’est donc de plus en plus vers une norme de familiarité que nous nous dirigeons actuellement.

Résumé / Abstract : This study aims at analysing the general dynamics of the norm of contemporary English, together with its relationship with linguistic variation. In order to do so, a few subordoners have been selected to illustrate how the centre of gravity of the norm moves along the spatial and social axes. The study of the opposition between zero and to after the verb help is used to document the syntactic americanization of British English and it is shown that the constraints limiting the use of zero have gradually slackened, which led to a complete disappearance of the semantic distinction between the two forms. The said disappearance results from an evergrowing use of the bare infinitive for strategic reasons, particularly in advertizing. The third part deals with conjunction like and analyzes its expansion in English. It is argued that the appearance of this subordoner can be attributed to isomorphic and semantic factors, and to a potential reanalysis of the adjective like meaning likely.. This section also traces how this subordoner has spread through registers and text-types, and through syntactic structures, before becoming a central part of the English syntax. It appears that the success of this innovation reflects the current trends in modes of communication, which tend to favour interpersonal proximity for strategic purposes. From a mere acceptance of informality within the norm, we are now heading towards a new norm of informality.