Étude des pratiques des médecins généralistes dans la prise en charge des infections urinaires à entérobactéries sécrétrices de bêta-lactamase à spectre étendu / Coralie Miclot ; sous la direction d'Emmanuel Forestier

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Catalogue Worldcat

Appareil urinaire -- Infections -- Thérapeutique

Infections à entérobactéries -- Thérapeutique

Bêta-lactamases à spectre étendu

Analyse d'urine

Soins médicaux -- Qualité -- Contrôle

Médecins généralistes -- France -- Savoie (France) -- Enquêtes

Médecins généralistes -- France -- Isère (France) -- Enquêtes

Classification Dewey : 610

Forestier, Emmanuel (1976-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Stahl, Jean-Paul (1950-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Université Joseph Fourier (Grenoble ; 1971-2015) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Résumé / Abstract : Les infections urinaires à entérobactéries sécrétrices de bêta-lactamase à spectre étendu (EBLSE) sont un problème largement méconnu en médecine générale. L’objectif de cette étude a été d’étudier les pratiques des médecins généralistes lors de la découverte d’EBLSE sur un résultat d'examen cytobactériologique des urines (ECBU). Cette étude épidémiologique descriptive rétrospective multicentrique a été réalisée du 1er janvier au 31 décembre 2012 dans 5 laboratoires de Savoie et d’Isère. Ont été recueillis les ECBU positifs à EBLSE prescrits par des médecins généralistes. Les données anonymes, recueillies par questionnaire, ont porté sur la conformité de l’antibiothérapie et la mise en place de mesures d’hygiène spécifiques. Ont été également étudiés : la prévalence des EBLSE, les caractéristiques de l’infection (communautaire, associé aux soins ou nosocomial), les facteurs de risque d’infection à EBLSE, les mesures associées (avis spécialisé, hospitalisation, ECBU de contrôle). Sur 19494 ECBU, 103 ont été inclus, et 56 questionnaires recueillis. La prévalence des ECBU positifs à EBLSE a été de 0,60%. L’antibiothérapie a été conforme pour 35 patients (62,5%). Des mesures spécifiques d’hygiène ont été prises pour 22 patients (32,3%). Treize patients (23,2%) ont reçu à la fois une antibiothérapie conforme et des mesures d’hygiène spécifiques. Vingt-sept patients (48,2%) ont été informés de la présence d’une EBLSE dans les urines. La mise en place concomitante d’une antibiothérapie conforme et de mesures d’hygiène spécifiques est insuffisante. Les infections urinaires à EBLSE sont un problème de médecine générale dont la prise en charge en termes d’antibiothérapie et de mesures associées peut être optimisée.

Résumé / Abstract : Urinary tract infection (UTI) caused by Enterobacteriaceae extended-spectrum-beta-lactamase (EESBL) is an unknown issue for most of the general practitioner (GP). The aim of this study was to evaluate their practice in case of EESBL discovered on a urine culture. This epidemiological, retrospective, multicenter and descriptive study was undertaken from the 1st of January to the 31st of December 2012, in 5 laboratories in Savoie and Isere. Urine cultures prescribed by GP and positive for EESBL were collected. Anonymous data, undertaken by questionnaires, were about antibiotic treatment conformity and specific hygiene measures settings. Also under consideration: EESBL prevalence, characteristics of the infections (community-associated, health-care associated or hospital-acquired), risk factors for EESBL colonization and related measures (specialist opinion, hospitalization, urine cultures screening). One hundred and three urine cultures out of 19 494 were considered, and 56 questionnaires included. Prevalence of EEBLS positive results was 0,6%. Antibiotic treatment was relevant for 35 patients (62,5%), specific hygiene measures were set up for 22 patients (32,3%). Thirteen patients (23,2%) received both antibiotic treatment and specific hygiene measures. Twenty seven patients (48,2%) were informed of the presence of a multi-drug resistant bacteria in their urine. In GP practice, concomitant settings of both antibiotic treatment and specific hygiene measures in case of urine culture positive for EESBL are an insufficient process and should be improved.