Lecture du discours romanesque féminin du Gabon : Analyse sociopragmatique des œuvres de Chantal Magalie MBAZOO-KASSA, Honorine NGOU et Sylvie NTSAME / Franckline Ntsame Okourou ; sous la direction de Papa Samba Diop

Date :

Type : Livre / Book

Type : Thèse / Thesis

Langue / Language : français / French

Roman gabonais de langue française -- Femmes écrivains

Diop, Papa Samba (1949-....) (Directeur de thèse / thesis advisor)

Garnier, Xavier (1959-....) (Président du jury de soutenance / praeses)

Renombo, Steeve Robert (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Mba-Zué, Nicolas (1958-....) (Rapporteur de la thèse / thesis reporter)

Université Paris-Est (2007-2015) (Organisme de soutenance / degree-grantor)

Ecole doctorale Cultures et Sociétés (Créteil ; 2010-2015) (Ecole doctorale associée à la thèse / doctoral school)

Lettres, Idées, Savoirs (Créteil) (Laboratoire associé à la thèse / thesis associated laboratory)

Résumé / Abstract : Aborder le roman féminin sous l‟angle d‟un énoncé discursif nécessite raisonnablement que l‟on prenne en compte, le contexte social, culturel et linguistique de production, les stratégies d‟énonciation, le champ de signification et les instances réceptrices qui déterminent ce discours. L‟approche sociopragmatique nous autorise pour ce faire à cette lecture plurielle qui, selon nous, mène incontestablement à une lisibilité optimale des textes. D‟abord, en tant que communication, le roman féminin implique des techniques discursives basées sur un environnement culturel et linguistique qui influence incontestablement le fonctionnement des énoncés en ce qui concerne les activités de production. Ensuite, la particularité des discours que nous étudions c‟est leur langage multiforme fait de paroles, d‟actes à valeur énonciatives, et d‟autres types de manifestations communicatives. C‟est un langage allégorique par essence, fait de sous-entendus, de diverses tournures imagées et aussi de silences parlants qui permettent d‟exprimer sans vraiment dire. Cette mise en scène théâtralisée du discours confère à l‟expression romanesque féminine un statut artistique particulier où la langue s‟enrichit d‟« accessoires linguistiques » d‟origine ethnique, régionale ou nationale. Enfin, la réception elle-même est fonction d‟un ensemble d‟éléments nécessaires à sa réalisation à savoir un espace, un temps, une orientation de réception intentionnellement glissée par l‟auteur. Ces éléments mis ensemble correspondent à ce que Kleiber nomme la "mémoire discursive" de l‟énonciateur et les "savoirs partagés" entre l‟émetteur et le récepteur

Résumé / Abstract : Going into feminine novel in a discursive statement approach, it is necessary to consider the social, linguistic and cultural contexts of the production. The enouncing strategies, the meaning field and the rulling receiving that determine the speech, are also to be taken in account. The socio pragmatic approach allows us thus to the plural reading we consider to lead indisputably to an optimal legibility of the texts. Firstly, as communication, the feminine novel involves discursive techniques based on both cultural and linguistic contexts influencing incontestably the functioning of utterances concerning production activities. Then, the particularity of the speeches under our study is their multiform language made on lyrics, acts with enunciative values, and other sort of communicative expressions. It is essentially an allegorical language, with hidden meanings, different imagery turns and talking silences that allows expression without actually saying. This theatralized staging of the speech confers on the feminine roman expression a peculiar artistic status where the language enriches of "linguistic accessories" from national and ethnic origins. Finally, the reception itself is a function of a whole of elements required to its carrying out namely, defined space, defined time, and an orientation of reception intentionally glide by the author. These elements put together correspond to what Kleber calls the "discursive memory" of the "enunciator" and the" shared knowledges" between the issuer and the receiver.